L'Eglise de Scientologie doit répondre de l'envoi d'une lettre à des eurodéputés

Le bureau européen de l'Eglise de Scientologie, situé à Bruxelles, est suspecté de violation de la vie privée pour l'envoi d'une lettre le 30 janvier 2004 à des eurodéputés, dans le cadre d'une de ses campagnes. Le prévenu Fabio Amicarelli, qui a dirigé ce bureau de 2003 à 2010, a expliqué jeudi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles que l'Eglise de Scientologie avait acheté un CD-Rom avec l'adresse de destinataires. Il dit avoir agi de bonne foi, conseillé à l'époque par un avocat belge pour l'envoi de ces lettres.

Le bureau européen a acheté dans un magasin à Bruxelles un annuaire téléphonique sur support informatique de la société Infobel, qui a été exploité pour l'envoi d'une lettre dans le cadre d'une campagne. Le CD-Rom a été envoyé au siège international de l'Eglise de Scientologie, aux Etats-Unis. Le carnet d'adresses de l'organisation a été complété par une recherche sur Internet.

Les lettres liées à la campagne ont été envoyées depuis les Etats-Unis. "Les informations (récoltées) ne provenaient pas des Etats-Unis", a affirmé M. Amicarelli, qui coordonne actuellement aux Etats-Unis les programmes humanitaires de l'Eglise de Scientologie internationale. "L'acquisition du CD était uniquement destinée à une campagne spécifique et nous n'avions pas l'intention de l'utiliser ultérieurement", a-t-il précisé. La lettre envoyée était rédigée en français et intégrait une mention légale qui était, elle, écrite en anglais. Le prévenu a reconnu sur ce point une erreur matérielle qui a été selon lui corrigée. Les demandes des personnes visant à être radiées du carnet d'adresses de l'Eglise de Scientologie ont été respectées, d'après l'ancien directeur du bureau européen. Les avocats du prévenu considèrent qu'il n'y a pas eu de violation de la législation belge en matière de protection de la vie privée par l'envoi des ces lettres.

Le bureau européen, situé au 91 rue de la Loi à Bruxelles, a pour mission de coordonner les affaires publiques ainsi que les programmes sociaux et humanitaires de l'Eglise de Scientologie au niveau européen, a indiqué le prévenu. Une dizaine de personnes travaillent bénévolement dans les locaux de la rue de la Loi. Aucune activité liée au culte n'est organisée sur place.

"Nous avions et avons toujours des relations avec des organisations intra et inter gouvernamentales", a déclaré Fabio Amlcarelli, citant par exemple les Nations unies ou la Commission européenne dans le cadre de la lutte contre la consommation de drogue. Les activités du bureau européen sont financées par les Eglises de Scientologie du Danemark et du Royaume-Uni.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK