L'égalité hommes-femmes en entreprise, c'est possible !

Comités de direction de L'Oréal
Comités de direction de L'Oréal - © L'Oréal

L'entreprise L'Oréal s'est classée à la première place du classement Equileap en 2017. Ce classement évalue 3000 entreprises dans 23 pays différents. L'entreprise de cosmétique a été félicitée pour la parité hommes-femmes qui règne entre ses murs. Cette parité, elle s'observe chez les collaborateurs, mais aussi dans les comités de direction où il y a six femmes et six hommes.

Le sentiment de l'imposteur

Stéphanie Speeckaert travaille pour la marque de cosmétique depuis 2004. Aujourd’hui, elle est la directrice générale de la division Produits professionnels et gère une équipe de 122 personnes. Pourtant, lorsqu’elle a gravi les échelons de la hiérarchie, elle a souvent éprouvé un sentiment d’illégitimité et le syndrome de l’imposteur. "Personnellement, je me demandais toujours : "Est-ce que j’en suis capable ?", "Est-ce que ce n'est pas trop tôt ?", "Est-ce que j'ai les capacités ?". Et c’est là où je trouve que L’Oréal a fait un formidable boulot d’accompagnement pour justement débloquer ou donner ce petit coup de pouce dont on a besoin pour se dire : "Oui, je peux le faire !" explique-t-elle.

Un séminaire sur le leadership au féminin 

Ce petit coup de pouce passe par un dialogue permanent entre les équipes, mais aussi par un séminaire proposé aux employés. Durant 3 jours, plusieurs grandes entreprises se retrouvent pour échanger sur le leadership au féminin. "Le but, c’est vraiment de conforter les femmes dans le fait d’oser être elle-même, pour vraiment être au maximum de leurs capacités. C’est une petite piqûre de rappel, de réassurance pour justement faire face à tous ces challenges qui s’offrent à nous" précise-t-elle.

Réagir s'il le faut

En entreprise, il n'est pas rare que des femmes se sentent moins écoutées lors de réunions par rapport à leurs collègues masculins. Elles sont aussi plus souvent interrompues. Une situation que n'a jamais vécue Stéphanie Speeckaert en quatorze ans de carrière. La directrice se sent tout à fait légitime pour intervenir si elle était témoin de ce genre d'événement : "Chaque employé se doit de remonter un comportement sexiste ou un comportement qui serait difficilement justifiable d'un point d'éthique" rappelle-t-elle.   

La crainte d'annoncer sa grossesse

Pour un francophone sur deux, cela reste problématique, en 2018, d'annoncer au travail que l'on est enceinte. Stéphanie Speeckaert a connu cette crainte à deux reprises, mais : "C'était une crainte infondée parce qu'au moment où je l'ai annoncé, ça a été très bien accueilli. J'ai été félicitée comme il se doit, la période de passation s'est passée de manière détendue. Et, en plus, à chaque fois, j'ai été promue sur un autre poste" se souvient-elle.

Le respect est une valeur fondamentale chez L'Oréal, de même que l'égalité homme-femme. À tel point que lorsque la parité a été atteinte au sein des comités de direction, cela n'a étonné personne. L'entreprise se réjouit d'avoir réussi à reproduire la mixité de la société au sein de ses collaborateurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK