L. D'Onofrio au centre d'un reportage de France 2 sur l'argent et le football

L'émission d'enquêtes de France 2 "Cash Investigation" s'est intéressée de près à Luciano D'Onofrio
L'émission d'enquêtes de France 2 "Cash Investigation" s'est intéressée de près à Luciano D'Onofrio - © RTBF

Le magazine de France 2, "Cash Investigation", s'intéressait au foot business et de ses dérives mercredi soir. Et un Belge a particulièrement été visé: Luciano D'Onofrio. Le magazine a démontré que l'ancien homme fort du Standard, qui a été condamné par la justice et qui ne peut plus exercer de fonction d'agents de joueurs, continue à faire de fructueuses affaires par le biais de sociétés écrans. Et la participation, involontaire, de l’ancien vice-président du Standard au magazine a de quoi couper le souffle.

Luciano D'Onofrio ayant été condamné pour diverses malversations, il a été radié par la FIFA, la fédération internationale de football, et il n'a donc plus le droit d'être agent de joueur.

Cash investigation, le magazine de France 2 prouve que l'ex homme fort du Standard de Liège continue pourtant à le faire par le biais de prête-noms.

D’Onofrio serait toujours actif

L’équipe d’Elise Lucet découvre que l’ancien dirigeant possède 10% du joueur Eliaquim Mangala, transféré au FC Porto.

C'est son associé Maurizio Delmenico qui le révèle dans un entretien téléphonique réalisé par un journaliste de l’émission qui explique : "Comme il n’a plus le droit d’être agent de joueur, il ne peut légalement pas toucher de commission mais il aurait trouvé une solution: négocier 10% des droits économiques du joueur auprès du club, soit 650 000 euros".

Course poursuite dans les rues du centre de Liège

Pour en savoir plus, le journaliste de France 2 tente d'obtenir des explications de Luciano D'Onofrio. Il décide de se rendre à Liège, au domicile de l'homme d'affaires. Or, au moment où il arrive sur place, L’ancien agent de joueurs sort de chez lui.

Mais la tentative d'interview s'annonce plus sportive que prévue. Après avoir découvert les caméras, l’homme prend ses jambes à son cou, suivi par le journaliste qui tente d’obtenir des informations sur le transfert d‘Eliaquim Mangala vers le FC Porto.

Quelques jours après le tournage, l'avocat de Luciano D'Onofrio affirmera que c'est un sosie de l'homme d'affaire qui s'était enfui ainsi du domicile. A côté des prête-noms, l’ancien vice-président du Standard utiliserait donc des sosies, coureurs de fond, pour échapper à la presse.

Le métier de journaliste s'annonce décidément de plus en plus difficile.

 

Grégoire Ryckmans avec Dominique Dussein

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK