Fusillade à Liège: l'auteur était cité depuis 2017 dans des dossiers de radicalisme

Selon nos informations l'auteur de la fusillade, Benjamin Herman, est surveillé depuis 2017 par la Sûreté de l'Etat. Il était soupçonné de radicalisme.  

Par ailleurs, le ministre de la Justice, Koen Geens, a confirmé que l'auteur de l'attaque avait bien bénéficié d'un congé pénitentiaire de deux jours pour préparer sa réinsertion en vue de sa libération prévue en 2020. Il devait réintégrer la prison ce mardi. 

Détenu depuis 2013, l'homme n'a jamais bénéficié d'une libération conditionnelle, a précisé le ministre de la Justice. Par contre, il avait déjà bénéficié de 11 autorisations de sortie d'un jour et de 13 congés pénitentiaires de deux jours qui s'étaient bien déroulés. Il était donc difficile de prévoir que cela se passerait mal à la 14ème fois, a déclaré Koen Geens.

Déjà apparu de manière indirecte dans trois dossiers

Le nom de Benjamin Herman, était apparu précédemment dans deux rapports de la Sûreté de l'Etat et un de la police, mais de manière indirecte, a indiqué le Premier ministre Charles Michel mardi soir, à l'issue d'une réunion du Conseil National de Sécurité.

Les dossiers dans lesquels le nom Benjamin Herman est apparu "visaient d'autres personnes et d'autres situations", a précisé Charles Michel. "Sur base des éléments récoltés, les services ont considéré qu'il ne fallait pas donner de qualification à l'auteur", qui ne figurait par ailleurs pas dans la base de données de l'Ocam.

L'attaque n'a pour l'instant pas été revendiquée par l'Etat islamique, a ajouté le Premier ministre.

Fiché S avec permission de sortie

Mais comment expliquer qu'une personne fichée puisse bénéficier de permissions de sortie?

Selon Michael Dantinne, professeur de criminologie à l'Université de Liège, c'est "un droit et une préparation au retour dans la société."

Il ajoute que la question à se poser est: "Quelle était la dangerosité évaluée de cet individu ? Et ce dans le cadre d’une décision qui doit prendre en compte notamment les risques potentiels. Donc oui, il était fiché, et on a dit qu’il avait peut-être eu des comportements radicaux, mais derrière, quelle était l’évaluation de sa dangerosité ? Est-ce qu’on a considéré qu’il était juste tenté par ces idées ? A quel niveau de radicalisation était-il ?"

Ce qui est "extrêmement difficile à voir", précise-t-il. "Après, vous avez deux options. L’option ultra-sécuritaire qui défend que dès qu’on a le moindre doute, on ne laisse plus sortir. Ou bien, on considère l’option que c’est un risque léger. Le système belge est fondé sur une appréciation du risque, qui là a vraisemblablement été mal apprécié. Cela me semble une évidence."

Un délinquant jugé très violent

Benjamin Herman, originaire de Rochefort, était âgé de 36 ans (né en 1982). Il était bien connu des services de police pour des faits de vols, de dégradations aux biens publics et de petits trafics de drogue. Délinquant jugé très violent, il a été condamné, entre autres, pour trafic de drogue. Mais il n'était pas connu pour radicalisme. Il s'est, semble-t-il, radicalisé en prison à Lantin où il a fait un passage en 2017. 

Son profil psychologique était considéré comme "instable". Une jeunesse "difficile" est évoquée. Il n'avait plus de contact avec sa famille. 

Lors d'une conférence de presse à l'hôtel de police de Liège, le procureur du Roi a confirmé une "présomption d'infraction terroriste". Le chef de corps de la zone de police de Liège a donné des précisions sur les motivations de l’assassin : "Il est clair que l’objectif de l’assassin était de s’en prendre à la police, c’est ce qu’il a fait d’emblée en se dissimulant derrière les deux agents de police, et après les avoir poignardées sauvagement dans le dos". Charles Michel a cependant rappelé que l'attaque n'avait pour l'instant pas été revendiquée. 

Un autre crime dans la nuit de lundi à mardi

Par ailleurs, toujours selon nos informations, Benjamin Herman aurait, avant la fusillade à Liège, commis un autre crime la nuit dernière, à On dans la commune de Marche-en-Famenne en province de Luxembourg.

L'arme blanche qui aurait servi au crime aurait été retrouvée dans la voiture de l'auteur de la fusillade à Liège.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK