L'australopithèque "casse-noisette" était herbivore

Une reconstitution par un sculpteur de l'Australopithèque afarensis, le 28 août 2007 au musée d'histoire naturelle de Houston
Une reconstitution par un sculpteur de l'Australopithèque afarensis, le 28 août 2007 au musée d'histoire naturelle de Houston - © Dave Einsel (AFP)

Bien qu'il ait été surnommé "casse-noisette" à cause de ses molaires trois fois plus imposantes que celles de l'Homme moderne, le Paranthropus boisei, un australopithèque ancêtre de l'homme, se nourrissait essentiellement d'herbe, ont affirmé des chercheurs dans une étude publiée lundi.

"Il mangeait probablement de l'herbe et sûrement pas des noisettes", a indiqué Thure Cerling, chercheur à l'Université de l'Utah, auteur principal de l'étude publiée dans les minutes de la National Academy of Sciences.

Avec des molaires trois fois plus importantes que celles de l'homme, le Paranthropus boisei a vécu il y a entre 1,2 million et 2,3 millions d'années.

Un crâne trouvé en 1959 en Tanzanie a valu à cette espèce le surnom de "casse-noisette" du fait de ses dents géantes mais des chercheurs américains et kenyans pensent désormais qu'il se nourrissait comme les ancêtres des zèbres ou des hippopotames.

"Ils étaient en compétition avec ces animaux. Ils mangeaient à la même table", a assuré Thure Cerling.

Les chercheurs ont examiné l'émail des dents cassées de 22 spécimens ayant vécu à cette époque en faisant une analyse carbone de la poussière d'émail pour déterminer leur régime alimentaire.

Ils ont pu établir que l'australopithèque se nourrissait d'herbes tropicales qui utilisaient le mécanisme de photosynthèse de type C4 et non pas de feuilles, de noix ou de plantes qui utilisent le mécanisme de photosynthèse de type C3.

Seule une espèce éteinte de babouins avait le même type de régime alimentaire, ont indiqué les chercheurs.

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK