L'astrophysicien Hawking va boycotter une conférence en Israël

L'astrophysicien britannique Stephen Hawking, le 29 août 2012 à Londres
L'astrophysicien britannique Stephen Hawking, le 29 août 2012 à Londres - © Leon Neal

Le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking ne participera pas en juin à une conférence en Israël, rejoignant un groupe d'universitaires qui boycottent l'Etat hébreu, ont indiqué mercredi les organisateurs de l'événement ainsi que l'université de Cambridge.

"Hawking prend part au boycott universitaire d'Israël et s'est retiré de la conférence présidentielle israélienne: Faire face à demain 2013, sous l'égide du président (Shimon) Peres", ont indiqué les organisateurs dans un communiqué.

Le Comité britannique pour les universités palestiniennes (CBUP), qui soutient ce boycott et s'oppose à l'occupation des territoires palestiniens, a confirmé que M. Hawking avait décidé d'observer ce boycott et qu'il avait donc "décliné l'invitation".

Sa décision se base sur "sa connaissance de la Palestine, et sur les conseils unanimes de ses propres contacts universitaires là-bas", indique le comité sur son site.

L'université britannique de Cambridge, où M. Hawking travaille depuis 1962, a dans un premier temps évoqué des "raisons de santé", les médecins ayant déconseillé au scientifique malade depuis des dizaines d'années de prendre l'avion.

Mais elle a ensuite confirmé à son tour que l'absence du physicien était due à un boycott de l'Etat hébreu.

"Nous avons maintenant reçu la confirmation du bureau de professeur Hawking qu'une lettre avait été envoyée au cabinet du président israélien, fondée sur les conseils d'universitaires palestiniens lui demandant de respecter le boycott", a expliqué l'université dans un communiqué cité par les médias.

Le directeur de la conférence, Israel Maimon, a qualifié le boycott universitaire contre Israël de "scandaleux et inapproprié, surtout pour une personne pour laquelle l'esprit de liberté réside à la base de sa mission humaine et universitaire".


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK