L'Association de Défense des Victimes prend son envol

Les victimes d'accident peuvent désormais s'adresser à une association. (illu)
Les victimes d'accident peuvent désormais s'adresser à une association. (illu) - © BELGA PHOTO JULIEN WARNAND

Lorsqu'elles sont face à un coup dur de la vie, les victimes ignorent parfois vers qui se tourner pour faire valoir leurs droits. Une nouvelle association, l'Association de Défense des Victimes, vient d'être créée. Elle s'adresse aux accidentés du travail, de la route, du sport, aux victimes d'erreurs médicales, de catastrophes... Son objectif est double: informer et orienter ces victimes.

Cette nouvelle association se veut nationale et s'adresse à une large catégorie de victimes.

"Ce sont des victimes qui ont des lésions corporelles ou psychologiques", explique le Dr Michel Matagne, président de l'asbl. "Nous leur proposons d'abord et avant tout une information, soit par l'intermédiaire d'un site internet, avec des termes simples pour pouvoir comprendre la situation dans laquelle ils se trouvent et ce qu'ils peuvent faire, plus des conseils plus avisés si nécessaire en fonction de leur cas particulier. L'autre pan est beaucoup plus syndicaliste: la notion de défense des victimes. Nous voulons aussi un groupe avec des propositions concrètes vis-à-vis des partis politiques pour faire modifier certains aspects de la législation, du fonctionnement de la Justice et de l'indemnisation des victimes."

Françoise Brickx a perdu un fils après un accident à la suite duquel il est resté sans soin pendant plusieurs heures. Pour elle, une association comme celle-ci est très utile.

"Même si le code d'instrucion criminelle reconnaît des droits aux victimes, je pense que la victime est vraiment le parent pauvre d'une procédure. Je pense donc qu'une association comme celle-ci, où on peut donner des conseils, aiguiller les gens, c'est quelque chose de capitale."

Pour contacter l'association, un site internet: http://www.defensedesvictimes.be

Olivier Thunus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK