L'aspartame, un édulcorant vraiment dangereux pour la santé ?

L'aspartame, bon pour la santé ou pas ?
L'aspartame, bon pour la santé ou pas ? - © RTBF

L'agence sanitaire européenne vient de remettre son rapport sur l'aspartame. Elle juge l'édulcorant sans danger pour la santé. Pourtant, l'aspartame fait l'objet d'une vive controverse depuis plusieurs années. Des études scientifiques avaient notamment démontré des risques d'accouchement prématuré ainsi qu'un taux plus élevé de cancers. Aujourd'hui, l'Efsa balaie toutes ces études alarmistes. Alors, finalement, l'aspartame est-il oui ou non dangereux ?

L'aspartame c'est magique. Vous le versez dans votre café pour le sucrer et miracle: vous consommez zéro calories. L'édulcorant a peut-être ce pouvoir miraculeux de diminuer notre apport calorique mais plusieurs études scientifiques ont aussi souligné son risque cancérigène. Notamment une étude menée à Bologne en Italie sur des souris: "La troisième étude publiée en décembre 2010 montre une augmentation des cancers du foie et des poumons chez la souris", explique le docteur Davide Degli Esposti, cancérologue à l'Institut de recherche sur le cancer à Bologne. 
 
Aujourd'hui, l'Efsa conteste le résultat de ces études jugeant la méthodologie mauvaise et certaines tumeurs mal diagnostiquées. Mais l'agence sanitaire européenne est-elle vraiment objective? Certains doutent de la neutralité des avis rendus par l'agence. C'est le cas du socialiste Marc Tarabella, député européen: "À l'Efsa, l'indépendance des scientifiques n'est pas avérée. La directrice a du démissionner récemment à cause de ses liens avec l'industrie agro-alimentaire". Et il l'affirme, de nombreux scientifiques seraient en outre issus d'un institut financé par l'industrie agro-alimentaire. 
 
Faut-il voir dans l'évaluation de l'Efsa une pression du lobby agro-alimentaire? Une chose est sure: l'aspartame s'est déjà répandu comme de la poudre partout dans notre alimentation. Or, il y a une dose à ne pas dépasser: 40 mg par kilo et par jour et moins encore pour les enfants: "Il ne faut pas oublier que ces produits continuent à habituer les gens aux goûts sucrés. Et que progressivement, s'ils ne prennent pas une limonade édulcorée, ils vont peut-être se tourner vers du chocolat, vers plus de produits sucrés, vont peut-être mettre plus de sucre dans le yaourt, etc.", explique Serge Pieters, diététicien et professeur à l'Institut Paul Lambin. "Ce n'est pas non plus éducatif", regrette-t-il. 
 
Faux ou vrai sucre, peu importe. Finalement, l'essentiel est de s'habituer à un goût moins sucré.
 
Lucie Dendooven
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK