L'armée élargit le "vivier" des troupes engagées dans l'opération Homeland

"Ils ont reçu au début de leur formation un entraînement de base et doivent le rafraîchir ainsi que s'entraîner dans les rues pour mener à bien les tâches", ont expliqué des sources syndicales.
"Ils ont reçu au début de leur formation un entraînement de base et doivent le rafraîchir ainsi que s'entraîner dans les rues pour mener à bien les tâches", ont expliqué des sources syndicales. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Les 1800 militaires qui assistent depuis plus d'un an la police fédérale dans la lutte contre le terrorisme, principalement fournis par des unités de combat, bénéficieront de renforts. La Défense a entrepris la préparation de dizaines de militaires d'unité d'appui (logitistiques et de télécommunations) pour mener des tâches de surveillance, a indiqué mercredi l'armée.

Ces militaires reçoivent un cours de "rafraichissement" d'une durée de trois à cinq semaines avant d'être engagés dans l'opération "Vigilant Guardian" (OVG) de sécurité intérieure.

Ces cours portent notamment sur le combat rapproché, l'utilisation d'armes non létales - comme les "pepper spays" dont sont dotés les militaires postés en rue -, les premiers soins, avec un rappel des "règles d'engagement" (les circonstances dans lesquelles ils peuvent faire usage de la force), a précisé le service de presse de la Défense à l'agence Belga, confirmant des informations parues dans les journaux 'Het Laatste Nieuws' et' De Morgen'.

Ils viendront épauler les unités de combat de la composante Terre, dont l'entraînement à leurs tâches principales pâtis fortement de leur engagement dans OVG. Il s'agissait jusqu'ici principalement des deux bataillons para-commandos, des bataillons d'infanterie et des bataillons ISTAR (de reconnaissance) et d'artillerie.

Ces militaires supplémentaires proviennent d'unités logistiques, comme le 29ème bataillon logistique de Grobbendonk (province d'Anvers), de génie ou CIS (de transmissions) ou de la composante Air - dont certains membres ont déjà été engagés dans OVG.

"Il s'agit d'élargir le vivier" dans lequel l'armée puise ses effectifs pour assurer la mission de surveillance dans les grandes villes.

"Ils ont reçu au début de leur formation un entraînement de base et doivent le rafraîchir ainsi que s'entraîner dans les rues pour mener à bien les tâches de surveillance", ont expliqué des sources syndicales.

Ces militaires seront visibles dans les rues à partir de cet été.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK