L'appétit des Thaïlandais pour la soupe d'ailerons de requin décime les populations

L'appétit des Thaïlandais pour la soupe d'ailerons de requin décime les populations
L'appétit des Thaïlandais pour la soupe d'ailerons de requin décime les populations - © Maddie Meyer - AFP

Plus de la moitié des Thaïlandais ont déjà consommé de la soupe d'ailerons de requins et comptent bien continuer à en manger malgré un déclin "alarmant" de la population des squales, ressort-il d'une enquête de l'ONG de conservation de la nature WildAid publiée mardi.

Selon ce rapport, quelque 100 millions de requins sont tués dans le monde chaque année. Parmi ceux-ci, 73 millions de sélachimorphes terminent dans des assiettes de soupe, contribuant pour 98% au déclin des populations mondiales de squales enregistré depuis 2002.

Chute de 50% en Chine

En raison de la forte demande pour ce mets en Asie, conditionnée par de fausses croyances en ses vertus pour la santé et au statut social que sa consommation confère, les requins sont péchés dans l'unique but de se faire arracher leurs ailerons avant d'être rejeté dans la mer. Sans leurs nageoires, ces poissons sont condamnés à mourir.

Selon l'étude WildAid, la Thaïlande est le premier exportateur mondial d'ailerons de requins, avec quelque 22.467 tonnes expédiées entre 2012 et 2016. La principale destination de cette "marchandise" est Hong Kong, par laquelle transitent les cargaisons en route vers la Chine, où la soupe d'ailerons de requin a été inventée il y a plusieurs siècles sous la dynastie Ming.

Bien que la consommation de ce plat a chuté de 50 à 70% en Chine grâce à de nombreuses campagnes de sensibilisation, la popularité de cette soupe est demeurée intacte en Thaïlande.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir