L'anxiété serait un symptôme précoce de la maladie d'Alzheimer

Selon de récentes recherches, stress et anxiété pourraient être des signes avant-coureurs de la maladie d'Alzheimer. Ce trouble de la mémoire qui survient avec l'âge suscite beaucoup de curiosité chez les spécialistes. Une personne plus anxieuse avec l'âge serait plus sujette à contracter la maladie d'Alzheimer, ce symptôme apparaît dix ans avant des conséquences irréversibles de la maladie.

Les études sur les troubles neuropsychiatriques sont légion. Depuis longtemps, des chercheurs américains se penchent sur la maladie d'Alzheimer. Des analyses plus anciennes ont déjà fait le lien entre ce trouble dégénératif de la mémoire et les symptômes d'une dépression. 

Grâce à l'affinage minutieux des recherches, la science fait un nouveau pas en avant. Une étude, publiée début janvier sur The American Journal of Psychiatry, affirme que le stress pourrait être symptomatique de la maladie. "Excellent marqueur" de détection de ce trouble, l'anxiété pourrait se déclarer jusqu'à dix ans avant une perte irréversible de la mémoire, comme le rapporte le Boston Herald.

La protéine bêta-amyloïde au cœur de la maladie

En 1905, Aloïs Alzheimer observe des dépôts sur le cerveau d'un patient atteint de troubles de la mémoire, c'est de là que provient le nom maladie d'Alzheimer. Cette maladie neuro-dégénérative apparaît en moyenne à l'âge de 65 ans et les symptômes s'accroissent avec l'âge. Les plaques, observées dans un premier temps par Alzheimer, sont des dépôts amyloïdes. Concrètement, une protéine, la bêta-amyloïde se dépose sur les cellules du cerveau et empêche une bonne transmission synaptique, jusqu'à la mort du neurone.

Les messages qui traversent la tête de l'individu diagnostiqué ne parviennent donc plus toujours à destination. C'est de là que viennent les troubles de la mémoire qui caractérisent la maladie d'Alzheimer. Les scientifiques ont observés qu'une personne plus anxieuse présenterait des niveaux plus élevés de bêta-amyloïde dans son cerveau. Grâce aux récentes découvertes, une augmentation du stress serait un bon moyen de diagnostiquer la maladie d'Alzheimer plus rapidement.

Si des analyses supplémentaires seront nécessaires pour prouver ces premières observations, l'anxiété sera peut-être bientôt une nouvelle façon que faciliter le diagnostic de la maladie d'Alzheimer. D'autant qu'on estime qu'avec le vieillissement de la population, 3,5 millions de belges seront atteints par la maladie à l'horizon 2050. 

 

La société pharmaceutique Pfizer arrête la recherche sur Alzheimer

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK