L'Amniyat, le service de renseignement du groupe terroriste État islamique

L'Amniyat, le service de renseignement du groupe terroriste État islamique
L'Amniyat, le service de renseignement du groupe terroriste État islamique - © HO - AFP

Oubliez OSS 117 et James Bond. Oubliez le cinéma. Le service de renseignement du groupe terroriste État islamique est bien réel, et il n’est pas là pour divertir, mais bien pour servir à des actions terroristes.

 

Depuis le début, le groupe terroriste État islamique (cela se retrouve d’ailleurs directement dans son nom), est un proto-état, un état en formation. Et qui dit État, dit administration. "C’est donc tout à fait logique que le groupe se soit muni de services secrets", explique Matthieu Suc au micro d’Au Bout du Jour. Pendant des mois, le journaliste spécialisé dans le terrorisme a enquêté sur le renseignement de Daesh. Initialement publié sur Mediapart, le fruit de son travail est désormais compilé dans un livre : "Les Espions de la terreur". 

L’arme à l’origine des larmes

Les autorités françaises avaient déjà connaissance d’une éventuelle structure du renseignement, cependant cela restait très vague. Un événement va changer la donne : le retour en France de Nicolas Moreau, ancien marin-pêcheur nantais qui avait rejoint les rangs de Daesh. Interrogé, ses propos sont flous. Il va donc falloir creuser.  Mais Nicolas Moreau va tout de même permettre de mettre un nom sur ces services secrets. L’Amniyat.

Mais qui se cache derrière ce service ? C’est forcément difficile à dire. Cependant deux personnalités s'imposent : Abdelhamid Abaaoud et Haji Bakr. Le premier, était le chef opérateur sur le terrain des attentats de Paris et Bruxelles. Mais pour Matthieu Suc, le concepteur premier de l’Amniyat est Haji Bakr, ancien membre du service de renseignement militaire de Saddam Hussein. C’est lui qui va insister sur la nécessité d’un service de renseignement opérationnel pour gagner du terrain, selon le journaliste. "Le renseignement, ce n’est pas seulement le grand renseignement. C’est aussi savoir quel chef de clan est influençable, quelles sont les dynamiques dans les villages, savoir qui il faudra exécuter en premier pour éliminer toute forme de contestation, etc." détaille Matthieu Suc. Ce sera donc le début de l’Amniyat, et de l’expansion fulgurante du groupe terroriste en 2013, 2014.

Quelles stratégies ont-été adoptées par l’Amniyat pour contrer les services secrets occidentaux ?

Quelle est la menace actuelle ? Quelle force possède actuellement l’Amniyat ?

Ecoutez l’intervention de Matthieu Suc en intégralité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK