L'aluminium nous empoisonne-t-il? Les chercheurs conseillent la prudence

Illustration -
Illustration - - © NICOLAS MAETERLINCK - Belga

On l'utilise au quotidien et il nous empoisonne peut-être en silence : l'aluminium. Que ce soit sous forme de feuille, de barquette ou de canette, ce métal est omniprésent. Or mélangé à des produits acides comme du poisson, du citron ou de la tomate, il est peut-être toxique. On commence d'ailleurs à s'interroger sur le rôle qu'il jouerait dans des maladies comme l'Alzheimer ou le cancer du sein.

L'aluminium est le troisième élément le plus présent sur terre. On en absorbe, chaque jour, une certaine quantité car il est présent à l'état naturel dans de nombreux aliments et c'est là que le problème se pose.

Aujourd'hui, de plus en plus de produits contiennent de l'aluminium, que ce soit le papier alu, les canettes, les déodorants, les dentifrices, les vaccins, les prothèse dentaires, les céréales ou la charcuterie. Et même si aucune preuve formelle n'a encore pu être établie, on soupçonne l'aluminium de provoquer des maladies chez certaines personnes affaiblies.

C'est lorsque l'on chauffe l'aluminium, en présence de produits acides que le métal migre dans la nourriture. Il est donc déconseillé de faire des papillotes de poisson, de cuire des lasagnes dans des barquettes ou d'emballer des tomates ou du citron dans du papier alu. L'eau du robinet contient également de l'aluminium et l'absorption tout au long de la vie de ce métal pourrait favoriser la maladie d'alzeihmer, même si toutes les études n'arrivent pas à la même conclusion.

Un dernier soupçon porte sur les déodorants qui contiennent de l'aluminium, ce qui pourrait provoquer des cancers du sein. Ici aussi, les études sont en cours et rien n'est prouvé. Mais les chercheurs conseillent la prudence et demandent qu'on utilise moins ce métal dans les industries cosmétiques et alimentaires, histoire de limiter les risques.

C.B. avec Dominique Dussein





Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK