L'accès à l'éducation pourrait faire sortir de la pauvreté plus de 170 millions de personnes

En ce jour de rentrée scolaire, l’ONG Don Bosco a décidé d’attirer l’attention du public sur le fait que plus de 265 millions de filles et garçons dans le monde n’ont pas accès à la scolarité. C’est pourquoi ils ont décidé de mener ce lundi une action dans deux écoles du pays. Aurélie Van Ossel, gestionnaire au sein du programme de l’ONG Don Bosco était l'invitée de "J'ai rêvé d'un autre monde" dans Matin Première, une nouvelle séquence qui parle de votre engagement, de vos initiatives ou encore donne la parole aux citoyens. "Pourquoi pas moi ?" est le nom de cette campagne.

"Aujourd’hui, on a voulu attirer l’attention sur le fait qu’il y a plus de 265 millions de jeunes de par le monde qui n’auront pas de rentrée scolaire cette année. Pour ça, on a organisé une action dans deux écoles initiées à Koekelberg et en Flandre, à Courtrai. Ce sont donc plus de 1.000 jeunes qui vont être sensibilisés sur le fait que tout le monde n’a pas accès à une éducation de qualité. Pour ce faire, on va les surprendre : ils vont rentrer dans leurs cours, dans leur classe, et ils vont voir plus de 100 portraits de jeunes qui représentent symboliquement tous ces jeunes qui n’ont pas de rentrée des classes, mis de façon un peu interrogative. On va donc un peu susciter leur attention, puis il y aura un petit discours là-dessus. L’objectif est surtout d’envoyer un message fort : pourquoi en 2019 y a-t-il encore des jeunes qui n’ont pas de rentrée des classes ?", explique Aurélie Van Ossel.

L'accès à l'éducation pourrait sortir plus de 170 millions de personnes de la pauvreté

Cet accès à l'éducation pourrait changer considérablement le vie de millions de personnes, comme l'affirme notre invitée : "Pour nous, l’éducation change le monde parce qu’on a les compétences de base et on peut s’investir dans la société. Une étude récente du Financial Times vient de sortir et on voit que pour le développement durable, l’éducation a un effet extrêmement positif de manière globale. Par exemple, si tout le monde pouvait avoir accès aux compétences de base, on pourrait sortir plus de 170 millions de personnes de la pauvreté".

Et d'ajouter : "170 millions de personnes pourraient sortir de la pauvreté, donc en termes d’égalité de traitement, c’est également extrêmement important. Ça a aussi un effet positif sur l’agriculture et sur le genre ; 64% des filles pourraient éviter un mariage précoce, et on sait ô combien ça a des effets négatifs. Pour nous, c’est donc vraiment un effet levier, un effet multiplicateur et c’est surtout un droit fondamental".

"L'’éducation de qualité passe aussi par un volet participatif"

L’ONG Don Bosco travaille "depuis plus de 50 ans sur le droit à l’accès à l’éducation de qualité", précise Aurélie Van Ossel. "On se concentre vraiment là-dessus. Vous parliez d’action citoyenne, et pour nous, l’éducation de qualité passe aussi par un volet participatif. C’est donc aussi pour ça qu’on voulait faire cette action ce lundi matin, pour que les jeunes puissent également s’impliquer. Il faut quand même donner des petites clés pour pouvoir s’impliquer et devenir vraiment des citoyens actifs. Et de l’autre côté, on s’intéresse vraiment à l’éducation technique et professionnelle. Pourquoi ? Parce qu’on estime aussi qu’on peut plus vite s’investir sur le marché de l’emploi et ce sont aussi des populations avec lesquelles on travaille souvent, qui sont très vulnérables. Et donc, directement, avoir un métier via l’enseignement est extrêmement important pour nous".

Davantage d'information sur le site internet de l'ONG : pourquoipasmoi.be