Amsterdam: des containers pallient le manque de logements

A Amsterdam, les containers réaménagés en logements étudiants ont la cote
A Amsterdam, les containers réaménagés en logements étudiants ont la cote - © MAARTJE BLIJDENSTEIN

A d'Amsterdam, il manque pas loin de 9000 logements étudiants. Pour faire face à la pénurie, la ville a trouvé une solution : faire habiter ses étudiants dans des conteneurs industriels. Ils sont 3000 aujourd’hui à vivre dans ces conteneurs aménagés en petits appartements, dans la capitale néerlandaise.

"Voilà, c’est mon petit chez-moi, j’ai environ 22 mètres carrés, je paie environ 460 euros par mois. J’ai l’électricité, une petite cuisine, internet et aussi une chambre dans le fond". Francina vient d’emménager dans un container industriel. Rien qu’ici, au sud-est de la ville, 1500 de ces boxes métalliques rouges sont empilés les uns sur les autres et aménagés en studios. L’architecture laisse à désirer, mais c'est un choix, à défaut d’autre chose.

"J’ai choisi de venir ici parce que les autres chambres étaient trop chères, c’était environ 700 ou 800 euros alors qu’ici c’est 460. Je voulais quitter mes parents, et avec ma bourse d’étudiante, c’est tout juste", ajoute l'étudiante.

C’est Quinten de Gooijer qui a eu l’idée en 2004 de commercialiser des containers comme logements. Pour lui, il s’agit d’une solution temporaire uniquement. Pour lui, "les politiques ont trop attendu. Ils n’ont pas anticipé cette explosion du nombre d’étudiants en Europe, et pas seulement aux Pays-Bas, car on voit d’ailleurs la même chose en Belgique". Et il ajoute qu'"aujourd’hui ils cherchent une solution rapide à ce problème, et c’est ce que nous proposons".

Mais la durée de vie de ces containers est de maximum 40 ans et on estime que le nombre d’étudiants à Amsterdam, environ 60 000 aujourd’hui, va encore augmenter dans les années à venir. Il faudra donc trouver d’autres solutions à plus long terme pour créer de nouveaux logements.

Maxime Paquay

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK