Knokke : les touristes d'un jour indésirables jusqu'à la fin de la vague de chaleur

A la côte belge, les touristes d'un jour sont à nouveau acceptés, sauf à Knokke-Heist. Cette commune continue d'interdire les allers-retours sur la journée. Vu la chaleur, les autorités ont peur des difficultés en cas de grosse affluence.

Ce lundi, il n'y avait pas tant de monde dans la commune, même s'il y fait moins chaud (30°C à la mer contre jusqu'à 36°C dans le reste du pays). La plage n'affichait pas complet, loin de là, a constaté l'équipe de la RTBF présente sur place. La situation est donc très différente de ce qui s'est passé samedi, une journée très compliquée, où une bagarre a eu lieu sur la plage de Blankenberge. Le bourgmestre de Knokke Leopold Lippens (CD&V) a expliqué qu'il n'avait jamais assisté à des scènes pareilles, avec vraiment beaucoup de monde, certains venant du nord de la France, dont des groupes de jeunes indisciplinés selon lui. Résultat : la police a décidé de serrer la vis et de limiter les accès. Dimanche, environ 500 voitures immatriculées en France ont été refoulées.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


 

Ce lundi, le tourisme d'un jour est formellement déconseillé à Knokke, explique Leopold Lippens, interrogé par la RTBF : "On a des gens qui viennent de Bruxelles, de Gand, d'Anvers, de Liège, du nord de la France et de la Hollande, et qui considèrent qu'ils peuvent se permettre de se conduire comme ils veulent dans une station balnéaire où on a des règles de base, auxquelles s'joutent les règles du coronavirus, et ils ne les respectent pas! Nous avons eu un surplus de monde et ce n'était plus possible de garantir la sécurité du point de vue des ambulances, des pompiers, de la sécurité pour la police. Donc on a décidé d'essayer de limiter les touristes d'un jour".

Les habitants de la commune, propriétaires d'une seconde résidence, touristes de plusieurs jours et travailleurs peuvent, eux, encore s'y rendre. Durant la vague de chaleur nationale, toute personne devra se munir d'une preuve justifiant son déplacement à Knokke (carte d'identité, réservation d'hôtel, attestation d'emploi...). Sans bonne raison, les arrivants seront forcés de faire demi-tour. Cette décision est prolongée jusqu'à la fin de la vague de chaleur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK