Kinés, ostéopathes, infirmières à domicile: l'inquiétude des travailleurs de la santé face à la pandémie

Il faut demander aux patients de se désinfecter les mains avant le traitement
Il faut demander aux patients de se désinfecter les mains avant le traitement - © Dean Mitchell - Getty Images

Les kinés et ostéopathes devraient se limiter aux traitements indispensables et urgents

L'association professionnelle des kinésithérapeutes en Belgique (AXXON) recommande aux kinésithérapeutes de ne procéder qu'aux traitements indispensables et urgents depuis ce lundi, étant donné la situation actuelle relative à l'épidémie du coronavirus.

"Un soin non urgent est un soin qui n'est pas vital et qui, au vu de la situation exceptionnelle actuelle, peut donc être reporté sans danger pour le patient", précise l'association.

AXXON met en place des mesures afin de limiter au mieux la propagation du virus, contrainte aussi par le manque d'équipements de protection disponibles en raison des problèmes d'approvisionnement.

La continuité des soins pour certains groupes de patients reste cependant primordiale, insiste l'association. "Ces traitements doivent être effectués patient par patient en respectant strictement les précautions d'hygiène".

Les personnes qui ont un rendez-vous au cours des prochaines semaines sont priés de contacter leur kinésithérapeute par téléphone afin de voir si leur traitement peut se poursuivre.


►►► À lire aussi : Les dentistes sont invités à reporter tous les soins non urgents


De son côté,  l'Union Professionnelle des Ostéopathes de Belgique encourage ses membres à fermer leur cabinet, et à ne répondre qu'aux "urgences réelles", dans la mesure du possible. Parmi les autres consignes données aux praticiens, avant d'accepter un rendez-vous, il est recommandé d'interroger les patients sur leur état de santé.

Une hygiène stricte est indispensable dans le cabinet : il faut demander aux patients de se désinfecter les mains avant le traitement (eau et savon, ou gel désinfectant). Cela doit se faire aussi après le traitement. Les patients qui le peuvent devraient apporter leur propre essuie. Il faut aussi mettre à disposition des mouchoirs en papier.

Les ostéopathes sont invités à porter un masque buccal, s'ils en trouvent encore, et des gants.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Infirmières et infirmiers à domicile

Les infirmières et infirmiers à domicile sont les grands oubliés des plans de riposte au Covid-19, se désole Damien Nottebaert, président de la CIFI, la Coupole des infirmiers francophones indépendants. Il insiste sur les dangers que courent ces professionnels de la santé : "Nous avons à l'échelle du pays 32.000 infirmières - la profession est surtout féminine - dont les 2/3 sont des indépendantes et qui vont chaque jour soigner les gens chez eux. Nous sommes des prestataires qui, parmi tous ceux de la première ligne de soins, 'bougeons' énormément. Imaginez que ces 32.000 prestataires fassent, en moyenne, des tournées de 20 visites à domicile par jour. Cela fait 640.000 contacts avec des patients, sans compter les proches côtoyés par la même occasion", dit-il.

Le président de la CIFI aimerait "pouvoir transmettre à la profession des recommandations de bonne pratique. Les infirmières devraient recevoir des consignes spécifiques sur des questions comme: lors de ma tournée, je constate qu'un patient présente tous les signes d'une infection au Covid-19, que dois-je faire? Vis-à-vis de lui, de ses proches? Et de moi-même, si par exemple je suis entrée chez lui en ignorant son état et sans équipement particulier? Suis-je supposée par précaution cesser mes activités durant 14 jours? Ce qui n'est pas évident pour un indépendant", dit encore Damien Nottebaert.