Kim De Gelder transféré vers le centre de psychiatrie légale d'Anvers

Kim De Gelder transféré vers le centre de psychiatrie légale d’Anvers
Kim De Gelder transféré vers le centre de psychiatrie légale d’Anvers - © POOL CHRISTOPHE LICOPPE - BELGA

La chambre de protection sociale a décidé vendredi de transférer Kim De Gelder vers le centre de psychiatrie légale d’Anvers, a indiqué la porte-parole du tribunal de Gand.

L’homme a été condamné en 2013 à la perpétuité pour quatre assassinats dont trois au sein d’une crèche de Termonde, en 2009. Il était jusqu’à présent interné dans la section psychiatrique de la prison de Merksplas. Le transfert pourrait prendre du temps, en raison d’une longue liste d’attente.

La cour d’assises de Gand avait condamné Kim De Gelder en 2013 à la réclusion criminelle à perpétuité pour quatre assassinats et 25 tentatives d’assassinat. Son avocat, Jaak Haentjens, avait plaidé pour que son client soit interné, affirmant qu’il était schizophrène. Le jury avait toutefois considéré que M. De Gelder était responsable de ses actes et qu’au moment des faits, il ne souffrait pas d’un trouble mental grave.

Selon son avocat, l’état de Kim De Gelder s’est détérioré après sa condamnation et il a changé à plusieurs reprises de prison. En 2019, la chambre de protection sociale avait décidé de l’internement de Kim De Gelder et puis de le placer dans la section de défense sociale de la prison de Merksplas.

Kim De Gelder étant désormais ouvert à suivre un traitement, il a demandé son transfert vers un centre de psychiatrie légale, ce qui lui a accordé vendredi la chambre de protection sociale. La porte-parole du tribunal de Gand soulève que le transfert ne devrait pas se faire dans l’immédiat, car le centre d’Anvers a une longue liste d’attente. En attendant qu’une place se libère, Kim De Gelder reste interné à Merksplas.

Si le centre ou toute autre institution constate par la suite que son état s’est suffisamment stabilisé ou qu’il est guéri, il devra alors retourner en prison, jusqu’à ce qu’il ait purgé sa peine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK