Kim De Gelder est menteur et manipulateur, selon l'avocat Jef Vermassen

La matinée de lundi a commencé par l'audition des deux psychologues mandatés par la défense. Ils ont jugé "incompréhensible" que le collège d'experts-psychiatres n'ait pas relié les déclarations de Kim De Gelder à la schizophrénie. "Ils sont à chaque fois partis du principe qu'il mentait et simulait, notamment quand il disait entendre des voix", se sont-ils étonnés devant la cour d'assises de Flandre orientale.

Durant plusieurs heures, Geert Hoornaert et Nathalie Laceur ont répondu point par point au rapport des experts-psychiatres désignés par la justice, s'étonnant que ce collège de cinq personnes aient rejeté toutes les explications menant au diagnostic de schizophrénie et n'aient retenu que le mobile de colère et vengeance pour expliquer le comportement de Kim De Gelder.

Pour eux, tout, des hallucinations auditives aux voix que l'accusé dit avoir entendues, pointe pourtant vers la schizophrénie paranoïde. Ils ont réfuté l'idée que Kim De Gelder ait préparé minutieusement ses actes. "Les faits montrent un certain amateurisme. Il a laissé beaucoup de place à l'improvisation", a relevé Nathalie Laceur. "On remarque qu'il consacre beaucoup plus de temps à préparer sa fausse identité qu'à tuer. Il fait parfois preuve d'une naïveté confondante, quand il pense par exemple à choisir des lieux à plus de 15 km de chez lui. Croyait-il vraiment que des faits aussi terribles n'occasionneraient pas plus d'activité policière qu'un simple délit?"

Les deux psychologues concluent des divers éléments examinés que Kim De Gelder souffre de schizophrénie paranoïde, maladie qui l'a rendu dément au moment des faits et maintenant encore, et qu'il représente toujours un danger pour lui-même et la société.

Jef Vermassen décrit un accusé menteur, manipulateur

Kim De Gelder est égoïste au possible, autosatisfait, manipulateur, menteur, sans empathie et présente toutes les caractéristiques de l'escroc, saisissant toutes les occasions pour frauder et escroquer les gens, a expliqué Jef Vermassen, avocat des familles d'Elza Van Raemdonck, Corneel Vermeir et Leon Garcia-Arbesu, lundi soir.

"Kim De Gelder est comme un jeune coucou dans un nid, qui veut toute l'attention sur lui", a commenté l'avocat. "Il est même allé jusqu'à avouer qu'il profitait de l'attention et que s'il parlait, on ne viendrait plus le voir!" Cette soif d'attention s'est manifestée dès l'enfance, comme l'a confessé son père mercredi dernier. Kim De Gelder ne supportait pas que son père s'occupe aussi de ses deux autres enfants.

L'accusé a également eu des demandes extravagantes, a rappelé Jef Vermassen. Ainsi, il a demandé que Bart De Wever soit interrogé dans le cadre de l'enquête, afin de savoir ce que le président de la N-VA pensait de lui. "Il s'est aussi plaint de passer le Nouvel An tout seul dans sa cellule, 'c'est vraiment terrible', s'est-il plaint!", s'est étranglé l'avocat.

Kim De Gelder n'éprouve pas d'empathie envers les victimes, n'arrive pas à comprendre leur souffrance. "Quand on raisonne comme un coucou, c'est normal de se dire 'les autres, ça ne m'intéresse pas'." Le jeune homme est même allé jusqu'à proposer par courrier une médiation aux victimes.

Jef Vermassen a encore énuméré les éléments qui tendant vers une personnalité manipulatrice. "J'ai parfois pleuré de rire en lisant des interrogatoires de l'accusé, en voyant comment il arrive à faire passer son interrogateur en interrogé." L'avocat a noté que Kim De Gelder était très attentif aux détails. "Il a loué un appartement avec garage, pour y ranger les vélos qu'il n'avait pas encore achetés. Il a aussi pensé à circuler avec un vélo décoré de bandes blanches qu'il était facile de recouvrir de peinture noire."

Un escroc

Mais la caractéristique principale de Kim De Gelder, relève Jef Vermassen, c'est que c'est un escroc. Il dispose d'une réserve de fausses cartes d'identification, préparées pour de potentiels futurs crimes, il donne régulièrement de faux noms, même dans des circonstances anodines, et s'entraîne à mentir pour rouler les gens.

Pour Jef Vermassen, Kim De Gelder n'a rien d'un psychotique, mais est un psychopathe, qui admire des gens comme le tueur en série américain Ted Bundy. Kim De Gelder est mû par la vengeance et la haine.

D'après Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK