Karine Moykens, responsable Testing et Tracing : "Il faut une application mobile complémentaire au traçage manuel"

Le système belge de traçage des personnes contaminées au coronavirus est-il suffisamment efficace? "Nous avons un système qui fonctionne. Est-il parfait? Non. Par exemple, ce système ne nous permet pas de demander où ils sont allés, afin de savoir s'ils ont été en contact avec des personnes infectées", explique Karine Moykens, présidente du comité interfédéral Testing & Tracing, interrogée dans le JT de 19h30.

"Mais cela va changer : mardi je vais proposer au comité interfédéral de changer les scripts utilisés par les gens du call-center, afin qu'ils puissent quand même demander aux gens où ils ont été. Cela permettra de connaître les clusters où des gens infectés sont allés", poursuit-elle.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Karine Moykens pointe un autre défaut du système actuel : "Les données ne sont transmises qu'une fois par jour entre Sciensano et les consortiums des call-centers. C'est trop peu. A la fin du mois d'août, nous auront un système où les données seront transmises directement. Mais entre-temps, il faudrait que ces données soit transmises au moins trois ou quatre fois par jour, afin de réagir beaucoup plus vite".

Karine Moykens estime qu'avoir une application mobile de traçage serait "bien utile, mais complémentaire au traçage manuel" actuel par des téléphonistes. "Il faut les deux systèmes en même temps". L'application mobile sera disponible en septembre, espère-t-elle, et la firme qui développera cette application sera bientôt désignée.

Si cela peut paraître un peu tard, elle souligne que l'on peut se baser sur l'expérience des applications mobiles développées dans les pays voisins : "En France ce n'est pas un grand succès parce qu'ils utilisent le GPS, ce qui n'est très bien pour le respect de la vie privée. Nous utiliseront le système pratiqué en Suisse et en Allemagne, ce qui est le meilleur système pour protéger la vie privée".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK