Jusqu'à 6 millions d'euros de commission sur un transfert de 11 millions: le business trouble des agents

44 perquisitions en Belgique, une quinzaine à l’étranger. De grands noms interpellés. Ce qui secoue le monde du football belge, c’est cette grande enquête du parquet fédéral sur de possibles fraudes financières. Fraudes liées à de possibles matchs truqués et … à des transferts de joueurs. Pour Thomas Bricmont, journaliste au Sport-Foot magazine, ce n’est pas étonnant lorsque l’on connait le système. Et justement, il le connait bien. Explicitations. 

Focus sur les Commissions

Au cœur du système, et des enquêtes menées par Thomas Bricmont, il y a les commissions obtenues par les agents lors des transferts de joueurs. Des commissions pouvant parfois atteindre plusieurs millions rien que sur le transfert d’un seul joueur.  Un exemple : le transfert de Landry Dimata du club d’Ostende à Wolfsburg. 11 millions d’euros pour le transfert, six millions d’euros de commission. Soit plus de la moitié du montant.

 "Certains clubs fonctionnent toujours avec les mêmes agents alors que les résultats sportifs ne suivent pas" s’étonne le journaliste au micro de Soir Première.  Alors qu’est-ce qui pourrait expliquer que certains binômes agent-directeur de club soient systématiques ?

Pour Thomas Bricmont, la justification se trouverait dans un système de rétro-commission : une partie de l’argent du transfert d’un joueur, qui est remise sous forme de commission à l’agent, serait en fait reversée au dirigeant du club.  "J’ai vu des SMS échangés entre directeurs sportifs et agents où ils se mettaient d’accord pour partager la commission à 50-50. Evidemment pour le directeur sportif, c’est très intéressant. Par contre au niveau de l’éthique sportive, il y a un sérieux problème".

Tous impliqués ?

D’emblée Thomas Bricmont mentionne deux exemples pour soutenir ses dires.

D’abord celui de Youri Tielemans, "un cas d’école" dit-il, qui a été au cœur des tensions entre Herman Van Holsbeeck (l’ancien manager d’Anderlecht qui a été interpellé par le parquet) et Marc Coucke (l’homme d’affaires et nouveau patron du Sporting). La commission pour le transfert de Youri Tielemans aurait atteint 5,2 millions d’euros, soit près de 20% de la valeur du transfert qui était aux alentours des 25 millions.  Pour Thomas Bricmont, "Marc Coucke n’était pas dupe. Il a utilisé cet élément pour sanctionner Herman Van Holsbeeck. Mais cette nouvelle direction du Sporting d’Anderlecht qui se veut plus propre, qui veut balayer le passé, fonctionne en réalité avec les mêmes codes". En continuant à avoir recours aux mêmes agents.

Autre exemple, avec le cas de David Pollet, dont l’agent n’est autre que Mogi Bayat, l’un des hommes dans le viseur du parquet. "David Pollet passe par tous les clubs amis de son agent. Il ne réussit nulle part, mais on le transfère quand même" explique le journaliste. Et chaque transfert implique forcément une commission …    

 

"J’ai l’impression que tout le monde connait ce système dans le monde du football, que certains dirigeants aimeraient que cela change, mais en Belgique, ce sont finalement les agents qui décident" conclut Thomas Bricmont.   

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK