Quatre hébergeurs de migrants, accusés de trafic d'êtres humains, acquittés par le tribunal correctionnel

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a acquitté, mercredi en fin de matinée, les quatre citoyens qui avaient hébergé des migrants de la prévention de trafic d'êtres humains. Les huit autres prévenus ont écopé de peines de prison avec sursis, à l'exception d'un homme qui faisait défaut et pour lequel la peine est donc ferme. Prévue à 9 heures, l'audience a été retardée, en raison de fouille et de contrôle d’identité systématique du public et des prévenus.

Dans ce dossier, douze personnes étaient poursuivies pour une prévention de trafic d'êtres humains et associations de malfaiteurs. Les journalistes Anouk Van Gestel, et Myriam Berghe ainsi qu'une assistante sociale et une quatrième personne ont été acquittées. Le tribunal a estimé que ces citoyens prévenus ne pouvaient pas être considérés comme complices d'un trafic d'êtres humains pour avoir hébergé des migrants impliqués dans un tel trafic. 

Le tribunal a par contre condamné sept autres prévenus, de nationalité étrangère et sans titre de séjour en Belgique, à des peines de 12 à 40 mois de prison, avec sursis. Il considère qu'ils ont fait passer d'autres migrants vers la Grande-Bretagne, contre rémunération. Enfin, le tribunal a décidé de juger un dernier prévenu à part et donc de disjoindre le dossier le concernant. L'avocat de cet homme avait en effet informé que son client venait d'être condamné par une autre chambre correctionnelle pour des faits similaires datant de la même période infractionnelle.

  • Ecouter la réaction d'Alexis Deswaef, avocat d'Anouck Van Gestel

Myria reçoit 1euro à titre symbolique

Myria, le Centre fédéral Migration, prend acte du verdict rendu ce 12 décembre par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Dans un communiqué, l'organisme observe que les trois personnes contre lesquelles il ne s’était pas constitué partie civile sont acquittées ; huit des neuf personnes contre lesquelles il s’était constitué partie civile sont condamnées pour trafic d’êtres humains avec sursis ou non, et que la dernière a été acquittée. Myria a reçu 1 € de dommages et intérêts à titre symbolique.

Myria annonce étudier le jugement en détail lorsqu’il en disposera, afin d’en tirer toutes les leçons utiles en ce qui concerne la lutte contre le trafic des êtres humains.

Le 20 octobre 2017, douze personnes avaient été arrêtées pour soupçons de trafic d'êtres humains. L'opération policière faisait suite à une enquête de téléphonie et à des observations policières sur des parkings autoroutiers, notamment à Wetteren. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK