Journées nationales de la prison: "Il faut donner un sens au temps passé en prison"

Journées nationales de la prison: "Il faut donner un sens au temps passé en prison"
Journées nationales de la prison: "Il faut donner un sens au temps passé en prison" - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

La deuxième édition des Journées nationales de la prison aura lieu du 14 au 22 novembre, ont annoncé lundi les organisateurs, qui sont issus d'une vingtaine d'associations. L'objectif de l'événement est d'informer et sensibiliser la population aux réalités du monde carcéral, ainsi qu'à "la nécessité de réformer la politique pénale et pénitentiaire en Belgique".

"Le détenu est dans une position de soumission"
"Le temps passé en prison est un temps auquel il faut donner un sens", souligne Olivia Nederlandt, de la commission de surveillance de la prison de Saint-Gilles. "Le détenu devrait donc pouvoir suivre des formations, recevoir des visites, occuper son temps. Dans la pratique, il est dans une position de soumission, il doit supplier pour un livre ou une douche."

Les associations pointent un manque criant d'offre d'activités. "Les gardiens et les directions d'établissements se renvoient la responsabilité, les premiers invoquant le manque endémique de personnel pour assurer les activités, les secondes ayant souvent une vision qui consiste à croire qu'une prison où il ne se passe rien est une prison en sécurité", constate Olivia Nederlandt.

Une sensibilisation de la population
"Il faut faire comprendre à la population qu'il est dans l'intérêt de toute la société d'occuper les personnes enfermées et de limiter les effets négatifs de la détention", conclut Mme Nederlandt.

Le coup d'envoi de l'événement sera donné le samedi 14 novembre devant la Bourse de Bruxelles. Des dizaines d'initiatives (conférences, expositions, projections, etc.) auront lieu à Bruxelles et en Wallonie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK