Journée mondiale du braille: le parcours d'obstacle d'un aveugle dans la rue

Un bouton poussoir pour aveugle et malvoyant à proximité d'un passage pour piétons.
Un bouton poussoir pour aveugle et malvoyant à proximité d'un passage pour piétons. - © Pixabay - Hans - CC0 Creative Commons

Ce jeudi 4 janvier, c'est la journée mondiale du braille, du nom de ce système d'écriture qui permet aux aveugles de communiquer

Cette journée mondiale sert aussi à mettre en lumière les problèmes posés au quotidien par le handicap visuel. Traverser la rue devient une épreuve qui n'est pas sans danger. Les aménagements dans l'espace public sont-ils adaptés ? Nous avons accompagné Floribert Mouteba dans l'un de ses déplacements. Quand il se promène dans la rue, ce malvoyant ne se sépare pas de sa canne blanche.

Floribert Mouteba quitte son appartement, un rez-de-chaussée de plain-pied. Il connaît par cœur le trajet qu'il va parcourir et les obstacles à éviter. "Je vais vous montrer l'entrée de notre commune, vous allez voir, ce n'est pas tellement loin d'ici, heureusement pour moi", commence-t-il.

Deux rues à traverser... et c'est surtout la seconde, avec son trafic intense dans les deux sens, qui requiert toute son attention. Problème: il y a des travaux signalés par des panneaux secoués par le vent. Floribert est prudent à chaque instant. "Parfois ce panneau est à gauche, parfois il est à droite... ou carrément en travers de la route."

Se méfier des escaliers mal signalés

L'homme emprunte le passage pour piétons, dont la largeur est limitée par ces deux panneaux provisoires et renversés. À dix mètres de l'entrée du local communal, il y a un escalier de quelques marches et une rampe d'accès. Mais tout lui semble gris et indistinct.

"La première marche, si on ne fait pas attention, on passe à travers", prévient Floribert. Certains aménagements urbains lui sont donc d'une grande aide. "On peut avoir un contraste, une peinture qui vous indique qu'il y a un obstacle. Là, vous faites attention."

Une attention renouvelée au retour: parce que les dalles du trottoir sont inégales ou parce que quelques sacs poubelles sont déposés trop tôt en vue du ramassage.

À quelques mois des élections communales, de nombreux aveugles espèrent donc que leur handicap sera pris en compte au moment de dessiner de nouvelles rues ou d'entreprendre des travaux pour le bien de tous.
 

Ecoutez le reportage en compagnie de Floribert Mouteba

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK