Journée internationale des femmes: une dizaine de rues rebaptisées symboliquement à Liège

Journée internationale des femmes: une dizaine de rues rebaptisées symboliquement à Liège
Journée internationale des femmes: une dizaine de rues rebaptisées symboliquement à Liège - © JESSICA DEFGNEE - BELGA

Au moins 200 personnes en cuistax, à vélo ou à pied ont pris part à la cyclo-parade féministe, organisée jeudi dans les rues de Liège, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes. Pour mettre les femmes à l'honneur, les participants ont symboliquement rebaptisé des rues portant des noms d'hommes en leur donnant des noms de femmes, a indiqué jeudi Evelyne Pinchemail, chargée de projets pour les associations de la mutualité Solidaris.

Onze associations actives en région liégeoise en faveur des droits des femmes se sont rassemblées jeudi en vue de porter ensemble, au-delà des clivages politiques et méthodologiques, des revendications communes pour plus d'égalité entre les hommes et les femmes.

Malgré la pluie, au moins 200 personnes ont ainsi constitué une cyclo-parade qui a quitté la Maison de la laïcité à Liège, peu avant 14h30, pour se diriger vers la place Saint-Lambert et ensuite s'arrêter sur la place Saint-Etienne, où des animations sont prévues jusque fin de journée pour clôturer l'événement.

20 fois plus de rues masculines

"Ensemble, nous voulons rappeler que nous sommes toutes solidaires envers tous les combats des femmes partout dans le monde", souligne Evelyne Pinchemail. "A Liège, 33,5% des rues portent des noms d'hommes contre 1,6% de noms de femmes. La différence est importante alors qu'il y a énormément de femmes qui ont accompli de belles choses et qui méritent d'être mises à l'honneur."

Aussi, sur le parcours, la parade s'est arrêtée en plusieurs endroits, où des rues ont été symboliquement rebaptisées en apposant sous la plaque des panneaux réalisés par des étudiants. Une dizaine de rues ont ainsi été renommées Victoire Cappe, Louise Derache, Suzanne Leclercq ou encore Théroigne de Méricourt.

Les associations participantes réclament également une meilleure éducation sexuelle, "à une époque où le sexisme est omniprésent", des sanctions dissuasives face aux publicités sexistes ou encore une meilleure représentation des femmes en politique et ailleurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK