Journée du souvenir un an après le drame de Sierre

Il est peu après 21h le 13 mars 2012 quand le car s’encastre dans le mur d’un tunnel valaisan. Quelques minutes plus tard, un automobiliste belge, Eric Van Malderen,  arrive sur place avec sa femme. Ils sortent les premiers enfants du car : "J’ai essayé de les calmer leur parler en flamand, ils m’ont expliqué qu’ils venaient d’Oud-Heverlee. Les autres enfants étaient en panique totale et criaient", se souvient-il.

Tous sont en état de choc. Le car est passé de 99 km/h à 0 km/h en une fraction de seconde. Tous les sièges de l’arrière du car se sont détachés et sont entassés à l’avant du véhicule. Les secours arrivent sur place vers 21h30. Alain Rittiner coordonnait les ambulanciers ; il décrit la scène du drame : "Les enfants se sont retrouvés entassés sur le premier tiers du car. Cela veut dire que quand les pompiers sont montés pour procéder à la désincarcération, on a commencé à couper les sièges pour pouvoir accéder aux enfants qui se trouvaient devant, et ainsi de suite. Mais on les a tous sortis".

28 morts

Pour sortir et soigner les enfants, les Suisses se sont mobilisés en masse : il y a 200 sauveteurs mais aussi 30 pompiers, des médecins, des psychologues et 8 hélicoptères. Le bilan de la catastrophe est annoncé lors d’une conférence de presse : "Nous devons malheureusement déplorer 28 morts, 22 enfants d’une douzaine d’années, ainsi que 6 adultes dont les 2 chauffeurs de l’autocar en question. Par ailleurs 24 enfants ont été blessés".

Les blessés sont emmenés notamment à l’hôpital de Sion où, dès le lendemain, les parents viennent leur rendre visite. Les corps des 28 victimes seront rapatriés 3 jours plus tard, à bord d'avions militaires jusqu'à Melsbroek.

Un an après le drame, des commémorations sont prévues ce mercredi. A Sierre, la ville organise une célébration œcuménique à l'église Sainte-Croix. A Heverlee, une messe est donnée et un monument en hommage aux victimes est inauguré. La ville de Lommel organisera une courte cérémonie ce jeudi.

Françoise Baré, Daphné Van Ossel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK