Journée des sourds: 400 000 Belges concernés

Et cette communauté peine à communiquer avec le monde extérieur. Principalement En raison d'un manque d'interprètes en langues des signes.  Ainsi, Patrice fait partie d’une minorité d’interprètes de la langue des signes : " A l’heure actuelle, nous avons un gros problème en région wallonne et à Bruxelles. Au total, Nous avons huit traducteurs à temps plein. Nous accusons donc  un très gros manque ".

A l’Institut Royal pour Sourds et Malentendants, la professeur Fabienne Denis, sourde elle aussi, explique par la voix de son interprète Christelle qu’une personne sourde peut lire sur les lèvres, " mais si le message est plus compliqué, il nous faut un interprète " La langue des signes est donc une langue vivante en manque de traducteurs et l’absence de formation reconnue n’y  est certainement pas étrangère. 

Réparer les neurones auditifs endommagés

Depuis des années, des chercheurs tentent de découvrir une méthode permettant d’aider les personnes malentendantes. Dans le domaine, une récente recherche en Grande-Bretagne conduit à une piste intéressante. Des chercheurs ont réussi à réparer des neurones auditifs endommagés de rongeurs à partir de cellules souches embryonnaires humaines.

Est-ce un réel espoir pour la communauté des personnes sourdes ? C’est l’avis de Michel Gersdorff, professeur à l’UCL et spécialisé en otologie : "L’avenir est dans la recréation d’une oreille interne fonctionnelle. Au niveau des cellules sensorielles mais aussi de la transmission sonore de ces cellules vers les fibres nerveuses. Et cela, c’est plus compliqué. Ici on s’intéresse pour l’instant à des surdités  avec dysfonctionnement des fibres nerveuses qui transmettent l’information. Dans la majorité des cas, la surdité est liée à une pathologie  de l’oreille interne, destruction des cellules neurosensorielles. En laboratoire, on parvient  à créer ces cellules, mais il faut les rendre opérationnelles et là, ce n’est pas encore gagné".  

Sébastien de Foere

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK