Joe: Adam et Mariusz avaient tenté un autre vol juste avant le mp3

RTBF
RTBF - © RTBF

Le procès du meurtrier présumé de Joe Van Holsbeeck, un adolescent de 17 ans poignardé à mort pour son lecteur MP3, le 12 avril 2006 à la gare Centrale de Bruxelles, s'est ouvert ce lundi vers 09H15 devant la cour d'assises de Bruxelles, animée par une grande effervescence médiatique.

"Nous n'avons pas trop bien dormi, mon épouse et moi", a déclaré le père de la victime, Guy Van Holsbeeck, en arrivant au palais de justice. "Je n'attends rien de particulier de ce procès. C'est peut-être le début de la fin d'un processus, même si pour nous il n'y aura pas de fin, car notre fils ne reviendra jamais", a-t-il ajouté.  

Selon l'acte d'accusation, lu à l'audience par l'avocat général, Adam G. et Mariusz O. ont décidé de commettre un vol, ce jour-là, pour se procurer de l'argent. Le premier était venu passer les vacances de Pâques à Bruxelles, où il voulait s'installer avec sa petite amie polonaise que ses parents interdisaient d'épouser en raison de leur appartenance à la communauté tzigane.

Les deux jeunes avaient noué connaissance en 2001 dans la capitale belge, où les parents d'Adam G. ont séjourné épisodiquement et son frère réside. Ils étaient déjà connus de la police pour des vols commis ensemble.

Peu avant 16H30, ils commettent une première tentative de vol contre trois jeunes de 13 à 15 ans devant un hôtel faisant face à la gare Centrale, en se prétendant policiers. Les jeunes s'enfuient vers la gare, suivis par les deux Polonais. Ils les perdent de vue, mais repèrent Joe Van Holsbeeck et son ami, qui attendent une camarade.

Ils s'adressent à eux sous un faux prétexte, puis tentent de s'emparer du lecteur MP3 de Joe. Celui-ci résiste et est poignardé à sept reprises par Adam G., qui dit avoir agi sous le coup de la panique, craignant que sa victime ne retourne l'arme contre lui. Atteint au coeur, Joe décédera dans la soirée.Les agresseurs prennent la fuite avec le butin en direction de la Grand-Place. L'agression, filmée par les caméras de surveillance de la gare, a duré 17 secondes.

Mariusz O. est interpellé le 24 avril à son athénée anderlechtois, après avoir été reconnu par d'anciens enseignants sur des photos tirées par la police à partir des images de vidéosurveillance. Adam G. est arrêté trois jours plus tard en Pologne, où il a fui le jour du drame, et extradé vers la Belgique le 2 août. Ils se désignent l'un l'autre comme l'instigateur des faits.L'audience a été brièvement perturbée par les pleurs de la mère de l'accusé, qui a été prise d'un léger malaise et évacuée de la salle.

La cour procédera durant l'après-midi à l'interrogatoire d'Adam G.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK