Job d'étudiant: il faudra être pistonné, selon la CGSLB

RTBF
RTBF - © RTBF

Les jobs étudiants connaissent ausi le poids de la crise. La CGSLB, le syndicat libéral, a sondé ses affiliés bruxellois. Et les résultats sont sans appel, à défaut d'être très scientifiques. Dans 36% des entreprises, le nombre d'étudiants engagés cet été sera en diminution.

Avec l'été revient la période des jobs étudiants. Pour décrocher un boulot l'espace d'un mois, il faudra bénéficier d'un piston, estime la CGSLB, la Confédération générale des syndicats libéraux de Belgique. En d'autres mots, la priorité sera accordée aux enfants des membres du personnel.

Selon le coup de sonde effectué auprès des délégués CGSLB en entreprises, la priorité aux enfants du personnel s'applique dans quasiment 100% des entreprises. Voila qui met du plomb dans l'aile au plan pour l'emploi des jeunes.

Le travail étudiant y fait figure d'occasion de décrocher une première expérience professionnelle. Mais si le favoritisme s'en mêle, la portée de la mesure devient très relative.

La CGSLB s'inquiète aussi de la présence des sociétés d'interim sur le marché du travail étudiant. Dans près d'un job sur trois, un contrat d'interim est conclu.

Il ne porte généralement que sur une semaine, alors qu'une relation directe entre l'employeur et l'étudiant permet le plus souvent d'obtenir un contrat sur une base mensuelle.

Enfin, conséquence de la crise, près de quatre entreprises sur dix engageront moins de jobistes étudiants cet été. Une situation que déplore, bien évidemment, le syndicat libéral.

(P. Carlot)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK