JO: les athlètes belges pouvaient-ils mieux faire?

JO: les athlètes belges pouvaient-ils mieux faire? Chat à 12h
JO: les athlètes belges pouvaient-ils mieux faire? Chat à 12h - © Tous droits réservés

Les athlètes belges reviennent de Londres ce lundi avec trois médailles autour du cou pour une délégation de 115. Si certains critiquent ces "maigres" résultats, d'autres soulignent les belles performances des uns et des autres. Les athlètes belges avaient-ils les moyens d'en faire davantage ? Dany Closset, psychologue du sport et membre de la Société Belge Francophone de Psychologie du Sport (SBFPS) a répondu à vos questions lors de notre chat entre 12h et 12h30.

Professeur Haute Ecole, ancienne athlète haut niveau (Gymnastique sportive), entraîneur-formatrice en Education Physique-spécialisée dans la préparation mentale et le suivi psychologique des athlètes, Dany Closset a notamment coaché Charline Van Snick (voir photo), médaillée de bronze en judo (-48 kg).

Surprise par les nombreuses critiques à l'égard des athlètes belges elle écrit : "Je trouve les commentaires très durs. Chacun est-il conscient de l'investissement de nos athlètes sans oublier les exigences de la pratique de haut niveau qui exige un encadrement spécifique disposant de compétences pointues tant sur le plan technico-tactique que psychologique que sur le plan de la préparation physique sans oublier d'autres domaines comme la diététique, la kiné...?".

La Belgique manque de culture sportive

Pour notre invité, il y a clairement un problème de "culture sportive" en Belgique. Autrement dit : "La culture sportive revient à se poser la question de la place de la pratique sportive dans notre quotidien. Quelle valeur ?".

A un internaute faisant remarquer que "les Pays-Bas, population comparable à la Belgique. Plus de 20 médailles !!!", elle précise : "Par rapport aux Pays-Bas, cela nous renvoie à nous poser des questions sur l'organisation et la politique sportive chez nous".

"Sans parler du modèle américain, il serait bon d'accorder une place particulière à l'éducation physique qui commence par la reconnaissance de la place de l'éducation physique dans la grille horaire", ajoute-t-elle.

"Le budget sport n'est peut être pas distribué comme au Pays-Bas, là-bas c'est en équipement et en organisation, ici c'est en champagne et bal aux lampions", réagit pour sa part un autre internaute.

Des pistes de réflexion

Le manque de moyens, l'organisation, le statut des entraîneurs sont autant de pistes de réflexion renchérit Dany Closset avant d'en avancer d'autres : "Comment amener les jeunes à prendre du plaisir dans le mouvement ? Comment organiser l'éducation physique à l'école pour que le mouvement se développe dans toutes ses dimensions ? Comment sensibiliser chacun à cette culture du sport ? Comment organiser nos structures pour donner sa place au sport de masse et au sport de haut niveau ? Quel accompagnement pour nos sportifs de haut niveau pour les placer dans des conditions minimales de réussite ? Vient ensuite la question du statut et des compétences de nos entraîneurs ?".

Et de conclure : "Reconnaître nos athlètes pour les performances qu'ils ont réalisées, c'est reconnaître l'importance du sport et combien il difficile d'amener chacun des athlètes à un optimum de performances. Nos athlètes ont visé l'excellence et en cela, je les trouve formidables pour tous les efforts et sacrifices qu'ils ont acceptés de faire. Merci encore pour ce beau spectacle qu'ils nous ont permis de vivre durant ces jeux".

Relisez le chat en cliquant ci-dessous.

 

C. Biourge

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK