Jeux vidéo: la fin des "loot boxes" pour les joueurs belges

Jeux vidéo : la fin des "loot boxes" pour les joueurs belges
2 images
Jeux vidéo : la fin des "loot boxes" pour les joueurs belges - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Du jeu vidéo au jeu de hasard, il n’y avait qu’un pas que plusieurs éditeurs de jeux vidéo avaient franchi. Cela constituait une infraction aux lois belges. La Commission des jeux de hasard s’était saisie de la question et avait recommandé l’interdiction de vendre aux joueurs belges des « loot boxes », des coffres à butin, véritables pochettes-surprises dont le contenu était impossible à connaître avant de les avoir achetés. Plusieurs éditeurs de jeux ont dont été obligés de faire marche-arrière. C’est la fin des « loot boxes » pour les joueurs belges de FIFA19 et pour ceux d’autres jeux comme Fortnite.

Les « loot-boxes » se sont multipliées ces dernières années dans le secteur des jeux vidéo. Ces coffres à butin sont distillés, souvent au compte-gouttes, dans les jeux, au fur et à mesure de la progression des joueurs. Pour les « gamers » les plus impatients, il est possible de les acheter. En général, ces coffres contiennent des équipements supplémentaires, des joueurs, voire des vies supplémentaires. Autant de choses susceptibles d’appâter un joueur impatient d’avancer rapidement dans sa partie. De quoi dépenser beaucoup d’argent.

Le ministre a suivi l’avis de la Commission des jeux de hasard

Pour la commission des jeux de hasard, ces « loot boxes » sont à considérer comme des jeux de hasard pour plusieurs raisons : il y a un enjeu qui peut mener à un gain ou à une perte avec, en trame de fond, une part de hasard. Le système des « loot boxes » ne respectait donc pas la législation belge. Le Ministre de la Justice, Koen Geens, a suivi les recommandations de la Commission des jeux de hasard : « Le mélange des jeux vidéo avec les jeux de hasard, surtout à un âge précoce, représente un danger pour la santé mentale », explique le Ministre. Nous devons également nous assurer que les enfants et les adultes ne soient pas confrontés à des jeux de hasard lorsqu’ils cherchent juste à s’amuser dans un jeu vidéo."


►►► À lire aussi : La fin des achats de points sur FIFA déçoit les professionnels du eSport belge


Plusieurs éditeurs de jeux vidéo se sont donc conformés à la législation belge ou sont sur le point de le faire. C’est le cas d’Electronic Arts, l’éditeur du jeu de football FIFA 19. Concrètement, il ne sera plus possible pour les joueurs belges d’acheter des packs, des « loot boxes », FIFA Ultimate Team qui jusqu’à présent permettaient d’avoir accès à des joueurs de façon aléatoire. Les points déjà acquis pourront encore être utilisés mais il sera impossible d’en acheter de nouveaux.

Un autre éditeur Epic Games, qui distribue le jeu Fortnite, est aussi rentré dans le rang. La dernière mise à jour du jeu permet désormais aux joueurs de connaître le contenu des « loot boxes », coffres à butin, avant de les acheter. Ce qui devrait permettre aux joueurs qui évoluent dans le mode « Save the World » d’acheter ou pas en connaissance de cause. C’est une protection des joueurs supplémentaires, sachant que ce jeu est très populaire, y compris chez les plus jeunes. 

Sujet dans notre JT 13h:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK