Jeter masques et gants jetables en rue : un geste irresponsable, et qui peut coûter très cher

Les masques et les gants jetables sont devenus des accessoires de notre vie quotidienne. Malheureusement, malgré des consignes strictes, certains n'hésitent pas à les jeter par terre. C'est ainsi que, à la ville de Bruxelles, depuis le début du déconfinement, les membres de l'équipe de propreté voient de plus en plus de masques et gants usagés sur le sol ou dans des bacs à fleurs, jusqu'à plusieurs centaines par jour.


►►►A lire aussi : Gants en plastique, masques jetables ou en tissu… Qu'en faire après l'utilisation?


Danger sanitaire

Ces déchets posent de gros problèmes, sur le plan sanitaire d'abord, explique Yves Coppieters, professeur de santé publique à l'ULB : "Le masque représente un danger en tant que tel s'il a été en contact avec une personne contaminante. Fatalement, le virus reste sur la surface du masque, donc c'est un danger, pas tellement pour celui qui passe à proximité du masque, mais surtout pour celui qui va le toucher, essentiellement les personnes qui entretiennent la voie publique". Les gants jetables présentent le même danger.


►►►A lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Ni biodégradable ni recyclable

Il y a aussi le problème écologique. Ce genre de masque jetable, porté quelques heures, met beaucoup de temps à se dégrader dans l'environnement, explique Marc Sautelet, chargé de projet Zero Waste Belgium : "Ce masque est composé de polypropylène, la matière qui compose par exemple les feutres géotextiles utilisés dans l'agriculture. Et ces feutres ont une durée d'utilisation de 25 ans, cela veut dire qu'ils ne commenceront à se dégrader qu'après 25 ans. Mais cela ne veut pas dire qu'ils n'existeront plus dans l'environnement après 25 ans. Leur existence réelle dans l'environnement se calcule probablement en centaines d'années". Le polypropylène n'est pas recyclable.

Les masques et gants jetables, ainsi que les lingettes désinfectantes, qui ont été jetés hors des endroits prévus se retrouvent dans les accotements, ils sont emportés par les eaux de pluies. Ils peuvent boucher les canalisations d'eaux usées et perturber le fonctionnement des stations d'épuration. Certains de ces déchets vont dans les rivières. Ils finiront dans la mer, aggravant la pollution des plages et des océans.

Marc Sautelet encourage tous ceux qui en ont la possibilité à utiliser des masques réutilisables, mais aussi lavables en machine : "A la fois au niveau de l'environnement, et pour le portefeuille, tout le monde y gagne. On est parti pour une crise qui va durer, il est important de trouver des solutions durables et réutilisables".

Incivilité et sanction administrative

Celui qui est pris en flagrant délit de jeter ses déchets en dehors des poubelles publiques risque de payer très cher ce geste irresponsable. "Tout acte d'incivilité de ce type est passible d'une taxe de 200 euros", rappelle Aurélie Dierge, responsable au service de la propreté publique à Bruxelles-Ville. "Ce n'est pas anodin, c'est vraiment pour montrer aux gens qu'il est important de ne rien jeter dans l'espace public", indique-t-elle.

Le problème dépasse le cadre bruxellois, bien sûr, puisque une enquête menée par l’asbl Be Wapp en Wallonie révèle qu'une commune sur deux a observé une augmentation des dépôts clandestins sur son territoire, depuis l’annonce des mesures de confinement. De très nombreuses communes en Wallonie et en Flandre sanctionnent les dépôts sauvages tels que ceux de masques, gants ou lingettes.

Rappel : que faire des masques et gants usagés?

Ces objets vont uniquement dans les poubelles des déchets résiduels et non dans les sacs dédiés au plastique par exemple, et encore moins dans la cuvette des toilettes. Ils seront ensuite incinérés.

Recommandation supplémentaire : si vous êtes contaminés par le Covid-19, il n’est pas inutile de doubler la protection. Mettez vos masques, mouchoirs en papier et gants usés dans un premier sac avant de le mettre dans la poubelle des déchets résiduels. Et il est est important de toujours bien fermer les sacs.