Jean-Pierre Buyle: "Les pouvoirs exécutif et législatif ont en horreur le pouvoir judiciaire"

Jean-Pierre Buyle, président de l’Ordre des barreaux francophones et germanophones de Belgique.
Jean-Pierre Buyle, président de l’Ordre des barreaux francophones et germanophones de Belgique. - © DIRK WAEM - BELGA

Le 20 mars 2015, l'ensemble des avocats et du monde judiciaire lançait un cri d'alarme au Palais de justice de Bruxelles. Trois ans plus tard, les choses n'ont pas suffisamment avancé et les ténors du barreau redescendent dans les rues bruxelloises. Jean-Pierre Buyle, président de l’Ordre des barreaux francophones et germanophones de Belgique (avocats.be), est l'invité de Thomas Gadisseux dans Matin Première.

"Aujourd'hui Thémis a les yeux rouges." Ce mardi à 15h, les avocats se réuniront au Tribunal de Bruxelles pour contester le manque de moyens alloués au pouvoir judiciaire. "Le pouvoir législatif et exécutif, qui ne font presque plus qu'un, ne respecte plus le pouvoir judiciaire. Ils l'ont en horreur. Nous ne pouvons pas dire que les choses progressent", fustige le président d'avocat.be. Et pour cause, la justice représente 0,5% du PIB, une moyenne plus basse que celle de l'Europe.

Trop de travail, pas assez de magistrats, des infrastructures qui tombent en ruines. "Avez-vous vu le Palais de justice de Verviers et de Tournai ? Et puis vous avez vu celui de Bruxelles ? Quand un plafond s'écroule dans une pièce vous pensez qu'on le remplace ? Non, on ferme la porte et on condamne la pièce !" Un Palais de justice d'ailleurs toujours en travaux auquel on devait enlever ses échafaudages début 2018.

"Jobs, jobs, jobs"? 

Alors que le Premier ministre, Charles Michel, ne cesse de marteler son "jobs, jobs, jobs", Jean-Pierre Buyle, lui, ne les voit pas dans le milieu judiciaire où seulement 80% des cadres sont remplis. "Si vous n'avez pas les moyens de travailler, il devient difficile de rendre des jugements dans des délais normaux. Si la justice est trop lente, c'est parce qu'elle n'en a pas les moyens."

Pour le président de l'Ordre des barreaux francophones, les problèmes ne sont pas spécifiquement liés au gouvernement actuel. "Ce n'est pas le problème de Koen Geens, qui est un vrai visionnaire. Je pense que les réformes qu'il met en œuvre aujourd'hui, l'histoire s'en souviendra."

Réforme du métier d'avocat

Le ministre de la Justice, Koen Geens a annoncé une grande réforme du métier d'avocat. Dans cette optique, il a demandé à deux avocats de réaliser un rapport long de 600 pages dans lequel se retrouvent 38 propositions. Pour Jean-Pierre Buyle, l'appréciation générale des différents barreaux n'est pas si mauvaise. "Certes, il y a une vue réductrice de l'avocat qui n'est pas qu'un entrepreneur, des idées valent la peine d'être réfléchies."

Enfin, quand on mentionne le cumul des mandats, Jean-Pierre Buyle trouve l'idée politiquement incorrecte, mais censée. "L'essentiel c'est la défense, l'évaluation juridique, la consultation et le conseil. Je suis résolument pour le cumul. Cela a du sens dans le Parlement d'avoir des hommes de lois, des juristes et des avocats."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK