"Je vais vous donner deux filles": l'enquêteur Michel Demoulin raconte comment il a dû bluffer pour faire craquer Dutroux

Ces mercredis 20 et 27 octobre, #Investigation diffuse Innommable, un documentaire en quatre épisodes sur l’affaire Dutroux. Avec notamment l’interview du chef d’enquête, Michel Demoulin, celui qui a fait craquer Marc Dutroux et a mené à la libération de Sabine et Laetitia.

"On m’amène un monsieur en salopette grise avec des lunettes noires sur le visage, enchaîné dans le dos", se rappelle t-il. "Je commence tout doucement en lui demandant comment il s’appelle, d'où il vient. Je commence simplement à découvrir le personnage, à voir qui il est par des informations même plus que basiques. Puis je viens à  des questions parfois un peu plus pointues sur les relations avec sa femme etc. Et je viens notamment avec une question : 'Et avec ta femme ça va au lit ? '. Il me regarde et je vois juste une petite perle de sueur qui arrive un petit peu après sur le front. Je me dis qu'il y a un problème et là je change de ton".


►►► Il y a 25 ans, Sabine et Laetitia étaient libérées de la cache de Dutroux à Marcinelle


L’enquêteur décide ensuite de jouer le bluff. "Je lui dis : ‘Tu es ici pour l'enlèvement de Laetitia, on t'a vu à Bertrix, j'ai d'ailleurs la photo de ta camionnette et donc c'est toi qui a fait l'enlèvement. Je sais que c'est toi qui l'a enlevée, ce n'est plus qu'une question de temps pour que je le prouve’. Alors je lui dis qu’on va faire un marché, je lui dis qu’il peut me poser n’importe quelle question sur le dossier et que j’y répondrai. Il me pose une question je lui réponds et là il s'affale sur le bureau; puis il se relève, il fait le fier et me dit : ‘C'est pas une fille que je vais vous donner, c’est deux’. Je dis : ‘Qui ? Sabine ?’"

On est dans l'irréel et pourtant c'est bien vrai

Michel Demoulin lui demande donc de lui montrer. "Il est 17h15, il vient de passer aux aveux, on roule vers Marcinelle. Il faut être en civil, il ne faut pas de force autour de la maison maintenant tant qu'on n'est pas rentré. On a sa confiance, il faut qu'on travaille comme ça. Je suis dans le doute car je me trouve à une des adresses qui a été perquisitionnée le 13, moi j'arrive le 15 août".

"On rentre dans la maison et puis il nous emmène à la cave, il arrive à une étagère, il commence à la débarrasser et puis il tire et ça avance du mur, c'était hallucinant. Et pendant qu'on faisait ça, il parlait aux filles en disant mais : ‘N’aie pas peur, c'est moi c'est moi, je suis avec les gendarmes’. Et effectivement on entendait les filles. Et donc il ouvre cette cache et puis Sabine et Laetitia sortent et Sabine demande : ‘Est-ce que je peux reprendre mes crayons?’.  Et puis Sabine s'agrippe à moi et Laetitia est aussi prise en charge par d'autres collègues. On est dans l'irréel et pourtant c'est bien vrai".

Le reste de l’interview de Michel Demoulin est à découvrir ce soir sur La Une et Auvio dans #Investigation.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK