"Je suis Charlie", mais "j'ai peur que cela finisse par ne plus rien dire"

Je suis Charlie:"J'ai peur que cela finisse par ne plus rien dire"
Je suis Charlie:"J'ai peur que cela finisse par ne plus rien dire" - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Depuis les attentats du 7 janvier dernier, les déclinaisons du slogan "Je suis Charlie" n’en finissent plus. "Je suis Népal", "Je suis Palestine", ou même "Je suis 2025", les détournements ne manquent pas. L'auteur du slogan se pose des questions.

Interrogé par Francetv Info, l’auteur du slogan, Joachim Roncin, observe d’un œil attentif toutes ces adaptations. Si selon lui, certaines sont légitimes, d’autres lui semblent tout à fait incohérentes.

"Dans le slogan "Je suis Charlie", il y a une notion de défense de la liberté d’expression et des plus opprimés", explique-t-il. Lorsque l’expression est utilisée pour "une position, une revendication, une appartenance, il est sûr que cela peut avoir un sens", précise l’auteur. Mais Joachim Roncin est bien conscient "que l'on surfe sur quelque chose qui est entré dans le domaine public et qui n'a plus rien à voir avec le sens originel du slogan "Je suis Charlie" ", proteste-t-il.

L’auteur a fini par accepter ne plus pouvoir être garant de la bonne utilisation du slogan : "Si je devais m'offusquer de cet emploi abusif, je l'aurais fait depuis bien longtemps", déclare-t-il.

L’inventeur reste toutefois modéré dans son opposition : "Je suis voltairien donc je défends la liberté d'expression, même quand je ne suis pas d'accord avec les propos tenus. Je ne vais pas intenter un procès pour une utilisation abusive. C'est rentré dans le domaine public, donc on peut l'utiliser dans tous les sens. Ensuite, c'est sûr qu'en voyant "Je suis 2025" (en référence au hashtag utilisé pour défendre la candidature de la France à l'organisation de l'exposition universelle de 2025, ndlr), j'ai peur que cela finisse par ne plus vouloir rien dire", condamne-t-il.

Quant à l’utilisation commerciale de l’expression, l’avis de Joachim Roncin reste toujours aussi tranché : "Je me battrai toujours contre toute exploitation commerciale. Je n'accepte pas que l'on puisse faire de l'argent là-dessus", affirme-t-il.

N.S avec FranceTv Info

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK