Jawad Bendaoud "ne savait pas qu'il logeait des terroristes", plaide son avocat

Croquis d'audience
Croquis d'audience - © BENOIT PEYRUCQ - AFP

L'heure est aux plaidoiries de la défense, ce mercredi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Paris, au procès de Jawad Bendaoud, Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen, en lien avec les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Me Xavier Nogueras, l'un des avocats de Jawad Bendaoud, jugé avec un complice pour avoir logé des djihadistes auteurs des attaques, a pris la parole peu avant 14h00.

Mardi, le procureur de Paris a requis quatre ans de prison pour "recel de malfaiteurs" à l'encontre de Jawad Bendaoud et la même peine pour Mohamed Soumah, qui aurait joué les intermédiaires. Tous deux encourent six ans de réclusion. La peine maximale de cinq ans de prison a par contre été requise contre Youssef Aït Boulahcen, le cousin d'Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats, pour "non-dénonciation de crime terroriste".

Me Xavier Nogueras a d'emblée souligné que son client "ne savait pas qu'il logeait des terroristes" et soutenu qu'il n'avait pas "retardé l'arrestation des terroristes", rapportent les médias de l'Hexagone. "Jawad Bendaoud n'est pas un complice", selon sa défense, qui est revenue sur plusieurs rebondissements du dossier, dont un "soit-disant mensonge de Jawad". "On vous dit que Jawad Bendaoud aurait menti à trois reprises. On vous dit qu'il n'avait jamais entendu parler des attentats. C'est faux, il a dit qu'il avait entendu parler du Bataclan seulement en cellule", a martelé l'avocat, cité entre autres par Le Figaro.

Me Marie-Pompei Cullin, qui défend également le "logeur" des attentats à Paris, a succédé à son confrère peu après 15h00.

Le jugement devrait être rendu en délibéré.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK