Jacky Ickx, Pierre Delrock, Marianne Merchez : ils ont assisté au premier pas de l'homme sur la Lune

En juin 1969, Jacky Ickx décrochait la Lune en gagnant sa première victoire aux 24 heures du Mans. Un des moments les plus importants de sa longue et brillante carrière de pilote de course. Mais pour le champion belge, l’exploit humain et technologique la mission Apollo 11 l’ont encore plus marqué.

Cette nuit-là, il s’était retrouvé avec 15 proches pour ne rien rater de ce moment historique. " Cela a été une nuit absolument blanche. Nous étions transis d’inquiétude et d’enthousiasme. Une grande anxiété. Au moment où Armstrong pose le pied sur la Lune, nous sommes restés sans voix, tellement nous étions bluffés. C’est le partage de l’événement qui rend ce moment extraordinaire ! Je demande même si ce n'est pas l'événement numéro un dans la vie d'un humain..."


►►► À lire aussi : Drapeau, caméra, sac-poubelle… les incroyables histoires de la mission Apollo 11


 

Celle qui deviendra un jour médecin, pilote de ligne et astronaute de l’Agence Spatiale Européenne, n’avait que 8 ans cette année-là.

La petite Marianne Merchez se trouvait en vacances à la Côte belge. Son père avait pour l’occasion expressément déménagé la télévision noir et blanc jusqu’à la mer pour ne rien manquer de ce moment historique. " On nous a réveillés en pleine nuit. C’était très impressionnant, car nous avions l’image et le son. Toute la planète vivait cela en même temps. Très émouvant de savoir que la communauté des humains suivait d’autres humains qui avaient quitté la planète et avait posé le pied sur la Lune. J’entends encore la voix du commentateur qui lance - L’homme est sur la Lune, l’homme est sur la Lune !-" Cela donne le frisson encore maintenant ! Jamais, jamais je n’aurais imaginé approcher le programme spatial par la suite… Mais ce dont je m’étais rendu compte même toute petite, c’est que quand on veut quelque chose très fort, on peut y arriver ! "

Pierre Delrock était en charge du journal télévisé à ce moment-là. C’est de son appartement qu’il a veillé toute la nuit pour assister au moment crucial. " Irrésistiblement je quittais de temps à autre ma télévision pour regarder la Lune, comme si j’allais pouvoir apercevoir quelque chose. Evidemment, je ne voyais rien ! Mais c’était à mon père que je pensais. Il était décédé 20 ans plus tôt. Il m’avait souvent dit : " un jour, l’homme marchera sur la Lune ! " Je me suis fait la réflexion : tiens, s’il revenait je devrais lui explique que l’on est vraiment allé sur la Lune ! "

Le lendemain, Pierre Delrock arrive tôt à rédaction. Et très vite un problème se pose : Comment ouvrir le journal télévisé ? " Diable ! Il y a deux événements majeurs : Il y a la Lune et, sapristi, il y a aussi Eddy Merckx dont la victoire au Tour de France a marqué profondément toute la Belgique. Mon choix a été de séparer l’écran en deux parties. D’un côté Armstrong et de l’autre Merckx. A l’époque ce n’était très facile. On travaillait avec des films qu’il fallait développer. Nous n’étions pas sûrs du résultat. Aujourd’hui c’est beaucoup plus simple, tout se fait avec deux clics".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK