"J'étais anglo-belge, je suis désormais belgo-britannique"

La famille Martin est arrivée du Royaume-Uni voici plus d’un siècle. Une dynastie d’entrepreneurs britanniques. John Martin, est le premier à immigrer vers la Belgique. A 23 ans, le brasseur crée sa première entreprise. C’est aussi lui qui lancera, en Europe, la distribution du fameux tonic de la marque Schweppes. C’est aussi le patriarche qui fera découvrir au continent la bière irlandaise "Guiness".

Trois générations de "Martin’s" perpétueront le business familial et les échanges économiques avec le Royaume-Uni. Mais ces anglais se disent aujourd’hui déchirés entre leur pays d’origine et celui qui les a adoptés.

Européens envers et contre tout

Sur la façade de la Ferme de Mont-Saint-Jean, la famille Martin a hissé les drapeaux européens. Cette ancienne exploitation agricole est la propriété de la famille depuis 2015. L’édifice a fait l’objet d’une importante restauration pour accueillir un musée, la brasserie qui produit "La Waterloo" et une distillerie gérée par Edward, l’un des fils.

Symboliquement, c’est un lieu étroitement lié à l’Angleterre. La ferme a abrité l’hôpital des anglais durant la bataille de Waterloo. "C’est l’un des symboles de la lutte britannique pour la liberté et pour l’unicité de l’Europe. Il est paradoxal aujourd’hui que la Grande-Bretagne, en claquant la porte, oublie le million et demi de tombes de soldats qui se trouvent sur le continent européen", s’étonne Anthony Martin.

L’entrepreneur se dit déchiré : "Moi, le jour où on a annoncé le référendum, j’ai immédiatement demandé la nationalité belge. Avant j’étais anglo-belge maintenant je suis belgo-britannique. Ma priorité a changé."

 

La tradition brassicole en commun

"Ce qui est très perturbant avec le Brexit, c’est que j’ai toujours pensé – et toujours maintenant – que ça n’allait pas se faire. Et maintenant que c’est concret, je pense que ce sera temporaire. Je garde l’espoir que les Britanniques vont revenir dans l’Union européenne car pour moi c’est le futur", explique Jonathan Martin, l’un des fils d’Anthony.

Avec 1400 chambres, le groupe Martin est propriétaire de 14 hôtels en Belgique. Il continue aussi à importer la Guiness et exporte plusieurs bières belges. Pour Edward Martin qui gère la distillerie et la brasserie, les échanges brassicoles entre la Belgique et le Royaume-Uni ont toujours profité du meilleur des deux mondes.

" Le gin c’est une invention belge mais ce sont les Anglais qui ont rebaptisé le fameux genièvre, imprononçable côté britannique. Quant à la bière, c’est la Belgique qui était jadis le plus grand producteur de houblons et ces houblons belges étaient envoyés outre-Manche pour fabriquer les bières anglaises.

A l’inverse, le développement des bières spéciales en Belgique a été favorisé grâce aux techniques de levures britanniques. Il y a donc un échange historique important entre les deux nations", rappelle le jeune brasseur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK