"J'ai changé de vie": Pierre, du chercheur au coupeur de gueuze

Pierre Tilquin savoure son lambic
Pierre Tilquin savoure son lambic - © RTBF

Pierre Tilquin était chercheur dans un domaine très pointu, les statistiques. Il en a eu assez et s’est lancé dans la production de gueuze. Ce ne sont pas les guindailles universitaires qui l’on amené à s’intéresser à la bière, son parcours est plus subtil. Aujourd’hui, cet artisan assembleur produit la seule gueuze wallonne vendue aux quatre coins du monde.

Il hume, il fait rouler le liquide jaune-or dans sa bouche, il avale une petite gorgée de lambic, il est fier : "C’est comme cela que je la veux". Depuis 5 ans, Pierre Tilquin produit l’unique gueuze wallonne. Avant cela, il était chercheur en statistiques appliquées dans la génétique animale. Pour se reposer l’esprit lorsqu’il travaillait sur sa thèse de doctorat, Pierre dévorait des livres sur la bière. Après 6 ans dans la recherche, il sature et souhaite revenir sur le plancher des vaches (son grand-père qu’il admirait beaucoup était éleveur de bétail) et il décide de se lancer dans la fabrication de bière.

Son niveau de formation fait peur

Son titre de docteur effraie les brasseurs. Après avoir envoyé 40 lettres de candidature, un brasseur de Gand lui donne sa chance ; il est responsable du deuxième brassin de la journée de 15 heures à minuit. Mais sa bière de prédilection est la gueuze. Il apprendra son métier de coupeur de gueuze chez Drie Fonteinen et Cantillon. Mais très vite, Pierre a envie de développer ses propres produits ; en 2009, il se lance à son compte. Il s'est installé à Bierghes (Rebecq) dans la vallée de la Senne. Aujourd’hui, il fabrique une gueuze traditionnelle et une autre à la prune. Elles sont exportées aux Etats-Unis, en Europe et au Japon.

Chasser le chercheur

Même si aujourd’hui, Pierre Tilquin a remisé son ancien métier de chercheur dans une caisse, sa thèse et quelques bouquins de référence, son goût pour les expériences et les découvertes n’est pas tari. Le lambic, nous dit-il, est un processus qui n’est pas encore maîtrisé ; c’est une des seules bières du monde dont on ne connaît pas tous les secrets. Pierre Tilquin a été surpris de la facilité avec laquelle il a tourné la page de sa vie professionnelle antérieure. Il est persuadé qu’il a trouvé ce qui lui convenait. Son ambition, à ce jour, développer d’autres bières à fruit et faire évoluer sa petite entreprise.

Dominique Burge

Vous aussi, vous avez changé de vie et vous accepteriez de nous rencontrer pour nous en parler ? Contactez-nous par mail à l’adresse suivante: vbo@rtbf.be.

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK