Istvan Felkaï, journaliste RTBF à Paris, est décédé

RTBF
RTBF - © RTBF

La RTBF est en deuil. Istvan Felkaï, notre envoyé spécial permanent à Paris, est décédé inopinément samedi soir. Âgé de 64 ans, Istvan Felkaï avait débuté sa carrière en journalisme il y a près 40 ans. Hommage.

Au début, dans la presse écrite plutôt engagée à gauche, repéré par le quotidien Libération, il en était devenu le correspondant pour la Belgique et l'Europe. Depuis le milieu des années 90,  il était à Paris celui qui nous informait de l'actualité politique, sociale, culturelle et diplomatique de l'hexagone.

Avec la disparition si brutale d'Istvan Felkaï, ce que nous perdons, nous, ses amis de la RTBF et ses nombreux fidèles auditeurs, c'est une voix, c'est une plume, c'est un amoureux de la France. Un amoureux particulier de la langue française, qui n'était pourtant pas sa langue maternelle : Istvan était ce qu'on appelle un enfant de l'Europe de l'après-guerre, hongrois d'origine. Installé, immigré en Belgique et diplômé de l'ULB, section, évidemment, journalisme.

Istvan restera pour nous l'envoyé spécial permanent, le monsieur de Paris, plus sobre souvent que ses prédécesseurs comme Armand Bachelier, il en était digne héritier.

Mais avant cela, pour le quotidien de gauche Libération il était le monsieur de Bruxelles, puisqu'il a été pendant plusieurs années le permanent de Libé en Belgique.

Entrée à la RTBF à la fin des années 80, par la grande porte. Il a été journaliste international, grand reporter de guerre en Irak, il ne voulait pas rentrer de Bagdad en 91 quand les américains s'apprêtaient à bombarder la capitale irakienne.

Après cela, il n'a pas fallu lui demander deux fois son accord pour monter à Paris. 15 ans de reportages, d'infos, d'analyses et de débats sur la politique de l'Elysée à Matignon. Il y connaissait tout le monde, pouvait débattre avec tous de gauche, du centre et de droite. Scoop : la source de la RTBF sur les résultats le dimanche dès 17h00 des élections présidentielles, c'était Istvan.

Mais il nous apportait aussi son lot d'infos sur la culture, le numérique et la francophonie. Une véritable palette de connaissance et surtout de curiosité.

A sa femme Mimouna, à ses trois enfants avec qui il partageait la passion de son métier, la RTBF présente ses plus sincères condoléances.

Depuis samedi, elle nous manque déjà cruellement cette désannonce : "Paris, Istvan Felkaï, RTBF"

 

Un article d'hommage du directeur de l'information de la RTBF, Jean-Pierre Jacqmin

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK