ISS: le labo européen bientôt escorté d'un petit frère commercial

Le laboratoire spatial européen Colombus, arrimé depuis dix ans à la Station spatiale internationale (ISS), aura bientôt une sorte de petit frère à ses côtés: une plateforme commerciale baptisée Bartolomeo qui accueillera en 2019 les expériences d'utilisateurs du monde entier.

L'Agence spatiale européenne (ESA) et Airbus Defence and Space ont signé mercredi à Noorwijk (Pays-Bas) un accord de partenariat public-privé sur cette nouvelle plateforme qui devrait être installée mi-2019 à l'avant du module Colombus, à 400 km au-dessus de la Terre.

"Nous proposons aux organisations institutionnelles et privées un moyen rapide et économique de transporter leurs expériences dans l'espace sous forme de charges utiles externes", explique Oliver Juckenhöfel, directeur Systèmes orbitaux et Exploration chez Airbus.

L'ESA se chargera d'installer Bartolomeo sur l'ISS. La plateforme sera exploitée par Airbus qui proposera un service "tout-en-un" qui sera "à la disposition d'utilisateurs du monde entier", souligne le groupe.

Multiplier les expériences à bord de l'ISS

La plateforme, qui porte le nom du petit frère de Christophe Colomb - qui a lui-même donné son nom au module Colombus - vise à attirer de nouveaux utilisateurs à bord de la Station, notamment des start-up et entrepreneurs du secteur spatial.

Elle offrira douze emplacements à l'extérieur de l'ISS. Ils pourront accueillir des expériences dans le domaine de l'observation de la Terre, des sciences de la vie, de la météo spatiale, etc.

"Il s'agit d'une avancée majeure en vue d'une plus grande utilisation commerciale de la Station spatiale", selon David Parker, directeur Exploration humaine et robotique au sein de l'ESA.

Pour le moment l'ISS, collaboration internationale pilotée par les Etats-Unis et la Russie, en partenariat avec l'Europe, le Canada et le Japon, est financée jusqu'en 2024.

La question du prolongement de sa durée de vie jusqu'en 2028 se pose et les regards sont tournés vers l'administration Trump qui pourrait ne pas y être très favorable.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK