Iran: son refus d'espionner en Belgique le condamne à six ans de prison

Hamid Babaei a été condamné à 6 ans de prison à Téhéran  le 21 décembre dernier pour "atteinte à la sécurité nationale par communication avec les Etats hostiles"
Hamid Babaei a été condamné à 6 ans de prison à Téhéran le 21 décembre dernier pour "atteinte à la sécurité nationale par communication avec les Etats hostiles" - © ULg (DR)

Un étudiant de l'Université de Liège, Hamid Babaei, est actuellement emprisonné en Iran. En août dernier, il rentre dans son pays pour les vacances et là, les services de renseignements lui demandent d'espionner plusieurs étudiants en Belgique. Le jeune homme refuse et est ensuite arrêté, puis condamné à 6 ans de prison. Le milieu universitaire et Amnesty International se mobilisent.

Cet étudiant de 29 ans, qui fait un doctorat à la Haute école de commerce de l'Université de Liège, a été condamné il y a 2 mois. Motif invoqué: "atteinte à la sécurité nationale par communication avec les états hostiles, en l'occurence la Belgique". Le tribunal révolutionnaire a notamment estimé que la bourse qu'il reçoit de l'ULg pour ses études est une preuve de sa soumission à l'Occident.

Son épouse, étudiante à l'ULB, a elle aussi été menacée d'arrestation et privée de passeport. Tout cela pour avoir refusé d'espionner plusieurs étudiants en Belgique, des étudiants dont les photos ont été montrées au jeune homme par les agents des renseignements iraniens. Les cibles semblaient donc toutes désignées. Hamid Babaei a interjeté appel.

Le ministre des affaires étrangères Didier Reynders a été averti de son cas avant même sa visite à Téhéran. On ignore s'il s'en est entretenu avec son homologue iranien.

Amnesty lance une pétition

Sans plus attendre, Amnesty International, mais aussi l'ULg et l'ULB ont décidé de se mobiliser. Amnesty International a d'ailleurs lancé ce mercredi une pétition pour appeler les autorités iraniennes à libérer immédiatement et sans condition Hamid Babaei.

L'organisation de défense des droits de l'homme réclame également que les autorités iraniennes permettent au détenu de recevoir des visites régulières de sa famille.

L'ULB et l'ULg appuient l'initiative d'Amnesty en faveur de la libération immédiate et inconditionnelle de Hamid Babaei, ont indiqué les universités dans un communiqué commun.

M. Hildesheim avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK