Inversion de bébés: les parents demandent 12 millions

Une nurserie en Indonésie.
Une nurserie en Indonésie. - © SUTANTA ADITYA - BELGAIMAGE

Arrive l'épilogue judiciaire d’un incroyable feuilleton en France. Deux familles ont été privées de leur enfant biologique voici vingt ans, à la suite d'une inversion de bébés dans la couveuse d'une clinique de Cannes. Les parents seront fixés aujourd’hui sur un éventuel dédommagement par une décision du tribunal de grande instance de Grasse dans les Alpes-Maritimes.

Dans le village, on appelait ma fille "la fille du facteur". C’est l’une des mères éplorées qui raconte, sa fille à ses côtés. L’autre famille a préféré l’anonymat. Manon avait 10 ans quand ses parents ont découvert l'erreur.

La faute à  une puéricultrice alcoolique.

C’est le père qui réclame d’abord un test de paternité, troublé depuis des années par son absence de ressemblance avec sa fille. C’est à ce moment-là que la mère découvre qu’elle n’est pas non plus la mère biologique. Les recherches sont lancées et on découvre que les deux petites filles malades de la jaunisse à la naissance ont été soignées dans la même couveuse. "C’est une puéricultrice alcoolique chronique", plaide la clinique qui les a échangées.

Les jeunes mamans ont bien exprimé des doutes, car les petites filles n’avaient pas la même longueur de cheveux. L’équipe médicale met tout cela sur le compte du traitement pour soigner les bébés. Les familles se sont rencontrées mais chaque enfant est resté dans la famille qui l’a élevée. Une affaire inédite et des dommages réclamés hors normes. Les familles ont demandé, début décembre, lors du procès à huis clos, 12 millions d'euros de dommages.

Anissa Barbier

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK