Interdire l'alcool pour lutter contre l'alcoolisme? Le Kerala y croit

Interdire l'alcool pour lutter contre l'alcoolisme? Le Kerala y croit
2 images
Interdire l'alcool pour lutter contre l'alcoolisme? Le Kerala y croit - © NOAH SEELAM - BELGAIMAGE

L'Etat du Kerala est l'une des principales destinations touristiques de l'Inde. Mais derrière ses longues plages paradisiaques, ses houseboats et ses plantations de thé, se cache un problème sérieux d'alcoolisme au sein d'une population de 34 millions d'habitants. La situation est telle que les autorités ont décidé d'interdire pratiquement totalement l'alcool, d'ici 2015. Une interdiction destinée à devenir totale d'ici 2024. Une mesure censée entrer en vigueur ce vendredi mais suspendue jusqu’au 30 septembre.

Selon l'ONG The Alcohol and Drug Information Centre, quelque 69% des crimes et 40% des accidents de la route ont un lien avec l'alcool.

Le Ijsberg magazine, un nouveau média qui traite de l'actualité internationale ajoute que "la consommation d’alcool par habitant serait près de deux fois supérieure à la moyenne nationale (à 8,3 litres par personne et par an contre 4,3 litres)".

Une consommation qui semble s'expliquer par le niveau de vie relativement élevé de cet Etat et une longue tradition de consommation à domicile.

Plus de 700 bars vont être fermés

Si cette prohibition est largement approuvée au niveau local, elle n'est pas sans conséquences. Plus de 700 bars du Kerala devaient perdre leur licence dès ce vendredi. Seuls les hôtels cinq étoiles pourront servir de l'alcool, sauf le dimanche.

Les propriétaires de bars ont porté l'affaire devant la justice. Jeudi la Cour suprême indienne a suspendu la mesure jusqu'au 30 septembre pour pouvoir étudier la requête de ces propriétaires.

Parallèlement, les magasins d'Etat, où les hommes font la queue pour leur dose quotidienne, vont être progressivement supprimés au rythme de 10% par an sur dix ans.

A cela s'ajoute une perte en perspective pour les finances de l'Etat qui ont touché pour l'année 2012/13 plus d'un milliard de dollars de taxes.

Une mesure qui risque de faire fuir les touristes

Le secteur du tourisme est également inquiet. Selon un récent sondage du site de voyage HolidayIQ.com, réalisé auprès de 5000 Indiens, 58% disent qu'ils changeront leurs plans en raison de l'absence d'alcool.

C'est aussi le cas de ce touriste britannique. John Packer a pris ses quartiers sur les plages du Kerala le temps d'une coupure de six mois, mais la prochaine interdiction de l'alcool dans cet Etat du sud de l'Inde pourrait l'inciter à changer ses plans : "Ce ne seront plus des vacances alors", réagit ce carreleur britannique de 41 ans, attablé avec une bière à l'un des restaurants de front de mer de la cité balnéaire de Kovalam. "Quand je sors, je veux pouvoir boire quelques bières pour me détendre. J'ai travaillé dur pour ça".

Reste à savoir si cette interdiction portera les fruits escomptés. Même le directeur de l'ONG The Alcohol and Drug Information Centre, Johnson J. Edayaranmula, en doute. Pour lui, elle a été mal pensée : "Le gouvernement a pris une décision à la hâte et maintenant il ne sait pas quoi faire", dit-il.

A Kovalam, de nombreux restaurants ne paient pas de licence et vendent de la bière illégalement dans des mugs. Ce circuit clandestin devrait se développer et l'argent des taxes se transformer en pots-de-vin.

"Les gens aiment réellement boire ici", réagit Cyril de Montaigu, un routard français de 31 ans. "La prohibition ne marche jamais, il y a toujours un marché parallèle". Lui aussi a décidé de quitter le Kerala.

 

C. Biourge avec AFP

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK