Interdiction du tabac: les terrasses chauffées ont sauvé bien des cafetiers

Les habitués ont dû s'adapter.
Les habitués ont dû s'adapter. - © AFP - DOMINIQUE FAGET

Depuis un mois, il est interdit de fumer dans les cafés belges. Les cafetiers parlent déjà d'un manque à gagner et d'un chiffre d'affaire en baisse de 30% à 50%. Seuls ceux qui disposent d'une terrasse couverte et chauffée ont tiré leur épingle du jeu.

Les dernières cigarettes ont été écrasées il y a un mois. Depuis le 1er juillet, il est interdit de fumer dans les cafés belges. Les cafetiers parlent déjà d'un manque à gagner et d'un chiffre d'affaire en baisse de 30% à 50%. Du côté des fumeurs, pas le choix, il a fallu s'adapter.

"Chez Walter", un café du centre-ville de Charleroi, un serveur installe la terrasse, un réflexe désormais quotidien, quelque soit le temps, puisque depuis le 1er juillet, les fumeurs doivent sortir de l'établissement pour allumer leur cigarette.

"C'est embêtant, très embêtant", glisse l'un des habitués du café. "On vient prendre un verre pépère et on ne peut plus fumer."

"Franchement, c'est nul", lâche cette jeune dame. "Et en plus, ça tue les commerces. Si on vient boire notre café, c'est aussi pour fumer. Maintenant, je respecte pour ceux qui ne fument pas."

Bien au chaud malgré le temps pourri

Un peu plus loin, la taverne "Princesse Mathilde" et sa terrasse, elle aussi occupée essentiellement par des fumeurs. Ici, on a trouvé la solution pour ne pas perdre cette clientèle, même par mauvais temps.

"La terrasse couverte est chauffée, ce qui donne la possibilité aux clients de rester en terrasse, bien au chaud", explique le tenancier. "Je pense que ça joue un rôle par rapport aux autres terrasses qui ne sont pas chauffées."
 
Des terrasses chauffées qui se multiplient et sont de plus en plus fréquentées depuis l'interdiction totale du tabac dans l'horeca. Ces installations vont devenir presqu'indispensables, estiment les cafetiers qui les utilisent, particulièrement pour l'automne et l'hiver.

Jean-Christophe Adnet
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK