Injures "oppressives": et si on apprenait à mieux s'insulter?

Raphaël fait partie d'Alter Visio, l'asbl à la base d'un atelier sur les insultes non discriminantes ou non "oppressives".
Raphaël fait partie d'Alter Visio, l'asbl à la base d'un atelier sur les insultes non discriminantes ou non "oppressives". - © RTBF

Et si on apprenait à mieux s’insulter?

Car oui, on n’y prête même plus attention à force de les entendre et/ou de les utiliser mais la plupart de nos insultes sont issues de préjugés discriminants qu'elles contribuent à renforcer. Elles attaques des groupes de personnes auxquels la personne insultée est censée être associée. Et par là, elles contribuent donc à stigmatiser encore un peu plus ces groupes.

Essayez par exemple d'invectiver quelqu’un mais en évitant les insultes:

- à connotation misogyne (salope, con, connasse, connard,...)

- homophobes (pédé, tapette, tafiole,...)

- xénophobes (bougnoule, nègre,...)

- qui visent les handicapés (mongole, crétin, triso, taré...)

- qui visent les travailleuses du sexe (pute, putain, fils de pute,...) 

Faites le test et vous verrez qu’on se sent vite dépourvu lorsque le temps de l'injure est venu.

Un atelier qui accouche d'insultes sans "dommage collatéral"

Ce ne sont pas les personnes à qui nous avons fait passer le test face caméra qui vous diront le contraire: tout le monde ou presque a pour insulte fétiche une injure qui est discriminante (on dit aussi "oppressive"). Et la grande majorité des personnes rencontrées doit se creuser le cervelet pour en trouver qui ne le soient pas. Quand ils en trouvent.

C’est justement en partant de ce constat qu’était organisé ce lundi un atelier d’injures non discriminantes, à la Rainbow House, un bâtiment du centre de Bruxelles qui abritent plusieurs associations LGBTQI dont Alter Visio, l'asbl à l'origine de cette initiative.

Nous avons pu assister en partie à l’atelier et avons attendu qu'il se termine pour aller à la rencontre des participants et de l'organisateur. Celui-ci nous a alors livré plusieurs exemples d'insultes qui "pourrissent la personne visée" mais en "faisant un minimum de dommages collatéraux", à découvrir dans notre reportage.

Un reportage vidéo ci en tête d'article et dans lequel vous retrouverez également les résultats des travaux de cet atelier ludique ainsi que les témoignages et explications des participants.

 

>>>Retrouvez les productions de VEWS sur la page Facebook du projet<<<

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK