Incendie à Bilzen : pour Fedasil, "c'est la 1re fois que la haine vis-à-vis des demandeurs d'asile s'exprime aussi violemment"

Bilzen, réaction de Fedasi : « c’est la première fois dans l’histoire de Fedasil et de l’accueil en Belgique que la haine et l’animosité, vis-à-vis des demandeurs d’asile s’exprime aussi violemment »
Bilzen, réaction de Fedasi : « c’est la première fois dans l’histoire de Fedasil et de l’accueil en Belgique que la haine et l’animosité, vis-à-vis des demandeurs d’asile s’exprime aussi violemment » - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

La piste de l’incendie criminel au futur centre pour demandeurs d’asile de Bilzen, dans le Limbourg est confirmée. Des traces d’effractions ont été constatées. Le feu s’est déclaré dans la nuit de dimanche à lundi. Il a détruit une partie de la toiture et le troisième étage.

Le monde politique flamand dénonce les faits et lance aussi un appel au calme. Car, sur les réseaux sociaux, certains se sont déchaînés et se sont félicités de l’incendie. Tous les partis, y compris le Vlaams Belang, déplorent l’incendie. Mais le Vlaams Belang avait auparavant dénoncé l’installation d’un centre pour demandeurs d’asile dans la commune de Bilzen. Il a aussi attisé la colère en assistant aux réunions d’information dans une commune fortement opposée. Des réunions auxquelles participaient également des membres du Voorpost, groupe d’extrême droite.

Réaction de Fedasil

Ce centre Fedasil (l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile) devait ouvrir le 15 décembre prochain et il devait accueillir 140 personnes. Il est à présent impossible de respecter ce calendrier.

Jean-Pierre Luxen, directeur général de Fedasil, tient à préciser que : "C’est la toute première fois dans l’histoire de Fedasil et de l’accueil en Belgique que la haine et l’animosité, et le mot est faible, vis-à-vis des demandeurs d’asile s’exprime aussi violemment. Nous avons aussi des craintes pour les résidents et notre personnel dans d’autres centres, mais aussi pour le voisinage de tous les centres que nous avons en Belgique (70 centres Fedasil en Belgique : NDLR)". Le directeur de Fedasil ajoute que le projet n’est certainement pas abandonné : "Ce sera un geste fort envoyé aux détracteurs. Un autre geste fort sera l’arrestation du ou des responsables de l’incendie".

Des mesures d’urgences ont été prises pour renforcer la sécurité dans les centres et l’agence est aussi en contact avec la cellule de crise du ministère de l’Intérieur avec un numéro d’urgence qui est relayé vers les polices locales.

Réaction du bourgmestre de Bilzen

Le bourgmestre, Johan Sauwens (CD & V) est sous le choc : "C’est un scandale, je pense que ce n’est jamais arrivé dans l’histoire. On est pourtant dans un État démocratique". Des initiatives ont pourtant été prises pour tenter d’apaiser la situation : "Nous avons organisé des rencontres individuelles et collectives avec les citoyens pour leur expliquer. Nous avons répondu aux questions avec la Croix-Rouge". La ville a décidé d’installer des caméras de surveillance autour du futur centre d’accueil. Par ailleurs, une vingtaine de citoyens ont déjà proposé leur aide pour remettre le centre en état de fonctionnement.

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK