Il y a plus d'incendies en ce moment en Afrique subsaharienne qu'en Amazonie

De violents incendies continuent à frapper l’Amazonie. Un phénomène récurrent, mais qui semble en augmentation importante cette année : l’Institut national de recherche spatiale (Inpe) a déclaré que ses données satellitaires montraient une augmentation de 84% par rapport à la même période en 2018.

Pour objectiver ces données, les cartes que fournit la NASA à travers ses sondes et satellites sont des outils précieux, que l’agence spatiale américaine met à la disposition des internautes sur son site. En consultant, la "Fire Maps", la carte des incendies en temps réel, on peut effectivement se rendre compte du nombre important de feux en Amazonie :

Mais en élargissant le cadre, on s’aperçoit qu’une autre zone du monde semble encore plus touchée : l’Afrique centrale, ou plus précisément ce qu’on appelle l’Afrique subsaharienne :

Un examen plus approfondi permet même de se rendre compte que l’étendue des feux semble généralisée sur l’ensemble de pays comme l’Angola, la Zambie ou la Tanzanie, et très présents au Congo.

 

Pourquoi personne ne semble s’en inquiéter ?

Pourtant, on ne trouve aucune mention de ces incendies, que ce soit dans la presse locale africaine, ou dans la presse internationale. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’agit d’un phénomène habituel, et régulier. Mais qui n’en reste pas moins inquiétant. Explication.

Au mois de juin dernier, la NASA elle-même expliquait que les incendies étaient monnaie courante en Afrique à cette période de l’année. Et ils ne sont pas dus à la sécheresse ni à la pollution, mais bien aux pratiques agricoles. La NASA l’appelle "slash and burn", on parle chez nous de "culture sur brûlis", une technique peu coûteuse et facile à appliquer : le bois est coupé puis brûlé, et la couche de cendres fournit aux terres défrichées une couche riche en nutriments pour aider à fertiliser les cultures.

Ces incendies représentent 25 à 35% des émissions annuelles totales de gaz à effet de serre dans l’atmosphère

Une partie de ces incendies sont donc maîtrisés… mais pas tous, précise la NASA : "les feux allumés peuvent souvent devenir incontrôlables lorsque les vents ou les tempêtes déplacent le feu hors de la zone à défricher".

Et de toute façon, ces incendies ne sont pas sans conséquence : l''Agence spatiale européenne (ESA) a publié un article sur les incendies en Afrique, qui estime que les incendies représentent actuellement 25 à 35% des émissions annuelles totales de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Et si le monde a actuellement les yeux tournés vers l’Amazonie, l’ESA estime que l’Afrique subsaharienne représente environ 70% de la superficie brûlée dans le monde, selon les bases de données satellitaires mondiales…

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK