Il y a dix ans, s'ouvrait le procès Dutroux

Michel Bourlet était procureur du roi à Neufchâteau à l'époque des faits
Michel Bourlet était procureur du roi à Neufchâteau à l'époque des faits - © JULIEN WARNAND - BELGA

Le 1er mars 2004, un procès hors normes s'ouvre aux Assises d'Arlon. Marc Dutroux sera condamné à la perpétuité. Son ex-femme, Michèle Martin écopera de 30 ans de prison, avant d'être libérée sous condition en 2012. Aujourd'hui, 10 ans après ce procès, Michel Bourlet dresse le bilan.

Michel Bourlet était, à l'époque, procureur du roi de Neufchâteau. Pour lui, ce procès a transformé la Belgique. Les nouvelles générations devraient s'y intéresser.

"Ceux qui ne l'ont pas vécu ont intérêt à voir quel a été l'impact de ce procès sur la réforme de la justice, sur la réforme de la police, sur la réforme de notre procédure pénale... sur notre vie publique finalement. Ce n'est pas seulement un fait divers. C'est aussi un phénomène qui a eu une influence sur les institutions".

"La libération de Michelle Martin, la demande de libération de Michel Lelièvre, la demande de libération de Dutroux, le dixième anniversaire de ceci, le septième anniversaire de cela, ... Il y a chaque fois un intérêt des médias et, j'imagine, du public. Je doute plus que Marc Dutroux soit un jour libéré que Michèle Martin évidemment. Mais c'est son droit de le demander. Et ça fera encore l'objet d'émission et de débat dans le public".

Propos recueillis par D. Welter

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK