"Il faut rapatrier les enfants belges de Syrie le plus vite possible"

Après la chute de Baghouz, la dernière enclave en Syrie du groupe terroriste Etat Islamique, la situation des enfants est plus que préoccupante.

Ils sont des centaines à survivre dans des conditions désastreuses et parmi eux des enfants belges. Selon Child Focus, deux enfants belges seraient morts la semaine dernière dans un camp de réfugiés.

L’organisation de protection de la jeunesse ajoute que 50 enfants belges se trouvent dans ces camps de réfugiés et 19 autres demeurent non localisés. Pour Heidi De Pauw, directrice de Child Focus, la situation est critique : "Deux enfants nés là-bas seraient décédés. L’un est mort faute de nourriture. L’autre enfant a subi des blessures et n’a ensuite pas reçu les soins appropriés". Child Focus demande donc au gouvernement fédéral de tout faire pour rapatrier ces enfants. "On demande que ce soit rapide. On parle ici d’orphelins, d’enfants qui ont été enlevés par un parent. Ce sont des victimes de rapts parentaux ! Maintenant, on apprend qu’il y a des enfants blessés. Il faut les rapatrier le plus possible pour les mettre en sécurité et surtout leur apporter les soins nécessaires", plaide Heidi De Pauw en ajoutant que des avocats préparent des plaintes contre l'Etat belge.

Les familles de ces enfants souhaitent également un retour de toute urgence. Cette après-midi, nous avons rencontré les tantes de trois d'entre-eux. "Ma nièce de 4 ans a dû être amputée du bras. Mon neveu a des blessures ouvertes importantes au tibia, et le plus jeune, de 18 mois souffre de grave malnutrition et a une infection pulmonaire", nous a confié l'une d'entre elles. Elle précise qu'ils sont nés sur place, leurs parents ayant rejoint les rangs de l'Etat Islamique en 2014.

"Arrêter le jeu de dupes"

La France, elle, a réussi la semaine dernière à rapatrier 5 orphelins français. Pour Bernard De Vos, délégué général aux droits de l'enfant à la Fédération Wallonie-Bruxelles, cela contredit la position officielle belge, "on est dans un grand jeu de dupes depuis bien longtemps. La France vient de démontrer que ce qui est prétendu impossible et impensable par l’Etat belge ne l’est pas."

L’apathie du gouvernement irrite particulièrement le délégué, "parfois la diplomatie demande de la discrétion mais là, on a surtout l’impression qu’il ne se passe pas grand-chose". Il rappelle aussi que la grosse majorité des enfants dont on parle ont moins de 6 ans et que "ce ne sont pas des terroristes, ce sont des victimes des choix de leurs parents".  

Ces enfants, ils survivent actuellement dans le camp de Al-Hol, à la frontière irako-syrienne. Alors qu’il a une capacité de 10.000 personnes, ce camp accueille aujourd’hui plus de 60.000 réfugiés dans des conditions décrites comme "complètement indigne" par les observateurs.

Journal télévisé 06/03/2019

Baghouz, la dernière enclave encore aux mains des terroristes de l'Etat islamique est en train de se vider. Des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants affluent vers des camps. Parmi eux, une Belge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK